À l'heure où le plastique est pointé du doigt, que certains gouvernements mettent en place des lois pour interdire son utilisation (cotons-tiges, pailles, sac à usage unique...), le carton semble être une bonne alternative pour remplacer ce matériau d'emballage. Et pourtant, un nouvel essai en laboratoire réalisé par des experts du BEUC montre que les emballages alimentaires en papier ne sont pas sans danger. Il pourraient en effet contenir et libérer des produits chimiques nocifs pour la santé.
...

À l'heure où le plastique est pointé du doigt, que certains gouvernements mettent en place des lois pour interdire son utilisation (cotons-tiges, pailles, sac à usage unique...), le carton semble être une bonne alternative pour remplacer ce matériau d'emballage. Et pourtant, un nouvel essai en laboratoire réalisé par des experts du BEUC montre que les emballages alimentaires en papier ne sont pas sans danger. Il pourraient en effet contenir et libérer des produits chimiques nocifs pour la santé.Pour leur étude, les experts ont analysé 76 échantillons d'emballages alimentaires en papier ou en carton imprimés, dont notamment des pailles en papier, des serviettes de table imprimées, des tasses à café en carton, et d'autres produits d'épicerie comme des paquets de céréales. Le test a montré que l'encre utilisée pour l'impression libérait des substances chimiques.Ainsi, plus d'un échantillon sur six contenait des amines aromatiques primaires, des polluants ou contaminants indésirables qui sont, pour certaines amines, susceptibles de provoquer le cancer. Presque la totalité des emballages analysés présentait aussi des traces de filtres UV (les photo-initiateurs), soupçonnés d'être des perturbateurs endocriniens responsables du cancer ou d'un dérèglement hormonal. Les photo-initiateurs (IP) sont des composés hautement photo-actifs utilisés dans certaines encres et vernis d'imprimerie. Les IP couvrent un groupe diversifié de produits chimiques, y compris des substances relativement bien connues comme l'isopropylthioxanthone (ITX) et la benzophénone.Plusieurs organismes regrettent le manque de contrôle de ces emballages, contrairement au plastique qui est très réglementé."Il est inquiétant que le papier, qui est le deuxième emballage alimentaire le plus utilisé après le plastique, soit utilisé au contact de nos aliments sans filet de sécurité. Face à l'interdiction ambitieuse du plastique à usage unique imminente, l'UE doit veiller à ce que des solutions de remplacement telles que les emballages alimentaires en papier et en carton soient sans danger pour les consommateurs ",déclare Monique Goyens, directrice générale du BEUC.En 2018, des organisations de consommateurs de Belgique ont même trouvé des niveaux élevés d'hydrocarbures d'huiles minérales - des composés chimiques qui proviennent essentiellement du pétrole brut - dans des pâtes,du riz,et du chocolat, provenant probablement de leurs emballages en carton recyclé.Tous ces résultats prouvent bien que les emballages en papier ou en carton peuvent représenter un risque pour la santé des consommateurs. D'où la nécessité pour la Commission européenne de définir des règles européennes applicables à la présence de produits chimiques préoccupants dans "tous les matériaux de papier et de carton en contact avec les aliments".