En hiver, éviter la morosité

En hiver, la vitamine faisant le plus défaut est la vitamine D. Les réserves accumulées durant l'été s'amenuisent et le peu que l'on peut trouver durant cette saison ne se fixe pas, affirme Psychologies. Or, selon une étude publiée dans le British Journal of Psychiatry en 2013, la baisse de vitamine D est directement corrélée à la dépression.
...

En hiver, la vitamine faisant le plus défaut est la vitamine D. Les réserves accumulées durant l'été s'amenuisent et le peu que l'on peut trouver durant cette saison ne se fixe pas, affirme Psychologies. Or, selon une étude publiée dans le British Journal of Psychiatry en 2013, la baisse de vitamine D est directement corrélée à la dépression.On peut compenser cette perte par l'alimentation en consommant par exemple du lait enrichi en vitamine D, en buvant une cuillère d'huile de foie de morue, en mangeant du jeune d'oeufs et en consommant des poissons gras (sardine, saumon, maquereau). Ceux-ci vous apporteront également des omega-3 "qui agissent sur la fluidité des membranes des neurones et favorisent la bonne diffusion des hormones du bien-être, la sérotonine et les endorphines", détaille Psychologies.Pour équilibrer la thyroïde, on fait le plein d'iode en consommant des algues et des crustacés. Lorsque nous manquons d'iode, nous souffrons d'une plus grande fatigue, des problèmes de mémoire et de la dépression. L'hiver est également le bon moment pour faire le plein de protéines. Il faut ainsi privilégier les lentilles, les pois cassés, les fèves, mais aussi volailles, comme la dinde, le canard et le poulet. Il n'est pas question de faire l'impasse sur le chocolat (noir) riche en acides aminés, éléments indispensables à la fabrication des neurotransmetteurs.À la fin de l'hiver et au début de printemps, c'est le moment idéal pour remettre les pendules à zéro. Les excès liés aux fêtes devraient y encourager tout un chacun, car ils pèsent sur la digestion et le foie et accentuent l'irritabilité. Il est donc conseillé de manger plus léger à l'approche des beaux jours. Il est recommandé de manger des légumes de saison : asperges, épinards, carottes qui contiennent des acides aminés précurseurs de la dopamine et de la noradrénaline, des neurotransmetteurs incontournables de l'énergie et de la motivation. Ces acides aminés sont également présents dans le pain, les graines de sésame, les bananes et les avocats. Les différents types de vitamines B sont également indispensables pour notre système nerveux. Vous les trouverez dans les poivrons, le soja, le riz, les pistaches, les céréales, et dans certains épices et condiments : paprika, sauge en poudre, menthe verte, estragon, piment de Cayenne, curcuma. En été, alors que les étals de fruits et légumes débordent, c'est le moment de faire le plein de vitamines et minéraux et ainsi de constituer des réserves. On ne se prive donc pas de produits frais et de saison.Ne culpabilisez surtout pas devant une assiette de tomates mozzarella (di bufala), elle vous apportera de nombreux bienfaits. Les tomates est en effet riche en lycopène, un puissant antioxydant susceptible de réduire les symptômes de la dépression, selon une étude publiée dans le Journal of affective Disorders en 2013. Ce fruit typique de l'été renferme également du sélénium : un oligoélément important dans la prévention du stress et des troubles de l'humeur.La mozzarella, comme d'autres fromages (la brousse, la ricotta et le cottage cheese), contient du tryptophane, un acide aminé utile dans la sécrétion de l'hormone du bien-être, la sérotonine. L'automne est synonyme de premiers froids, de premiers rhumes, de fatigue et bien souvent de stress. C'est le moment de manger des noix. "Elles contiennent un acide aminé, la méthionine, qui participe à la synthèse de plusieurs neuromédiateurs et permet la production de mélatonine, hormone régulatrice du sommeil et des rythmes chronobiologiques", affirme Psychologies. Leur apport en magnésium permet également de lutter contre le stress et le blues de changement de saison. Vous en trouverez également dans le chocolat noir, les bananes, les légumes verts, les céréales complètes et les lentilles. Pour fixer le magnésium, nous avons besoin de taurine. Elle est présente dans les produits animaux tels que les produits laitiers, les viandes, les poissons et les crustacés.