Cette baisse s'explique par le déclin ou la disparition de secteurs dangereux, comme l'extraction minière ou la méttalurgie, mais aussi par la prévention et les périodes de crise, qui s'accompagnent systématiquement d'une baisse.

Par contre le nombre d'accidents graves stagne lui toujours à 18.000 par an depuis 30 ans. Les PME, qui concentrent 70 % de l'emploi en Belgique, enregistrent 53,3 % des accidents de travail.

Le nombre d'accidents sur le chemin du travail est lui en hausse entre 2011 et 2012.

Cette baisse s'explique par le déclin ou la disparition de secteurs dangereux, comme l'extraction minière ou la méttalurgie, mais aussi par la prévention et les périodes de crise, qui s'accompagnent systématiquement d'une baisse. Par contre le nombre d'accidents graves stagne lui toujours à 18.000 par an depuis 30 ans. Les PME, qui concentrent 70 % de l'emploi en Belgique, enregistrent 53,3 % des accidents de travail. Le nombre d'accidents sur le chemin du travail est lui en hausse entre 2011 et 2012.