Il s'agit d'un homme qui s'est rendu au Venezuela et qui à son retour aux Etats-Unis, au Texas, en janvier a infecté son partenaire qui lui n'avait pas voyagé, ont indiqué les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC). Les deux hommes ont eu des symptômes comme de la fièvre, des éruptions cutanées et la conjonctivite, une inflammation des yeux. Mais aucun n'a eu de complications.

Jusqu'à présent, au moins cinq autres cas de transmission sexuelle du Zika ont été signalés chez des couples hétérosexuels.

"La transmission du Zika par des relations sexuelles vaginales et anales est un mode émergeant de propagation de ce virus qui pourrait contribuer à davantage d'infections qu'anticipées au début de l'épidémie", relèvent les CDC dans leur rapport. La plus grande partie des infections sont contractées par la piqure d'un moustique.

Les CDC avaient annoncé mercredi avoir conclu sans le moindre doute que le virus Zika peut provoquer la microcéphalie du foetus, un sous-développement de la boite crânienne et du cerveau, en infectant les femmes enceintes.