Le stress et le burn-out sont considérés comme les épidémies de notre temps, et elles s'étendent un peu plus chaque année. Fin 2017, 114.000 Belges étaient chez eux à cause d'une maladie psychique, soit une augmentation de 39% en cinq ans. Cette hausse est surtout due au pic du nombre de burn-out. Il n'est donc pas surprenant que les entreprises cherchent des moyens de s'en prémunir et d'empêcher leurs employés de s'écrouler.
...

Le stress et le burn-out sont considérés comme les épidémies de notre temps, et elles s'étendent un peu plus chaque année. Fin 2017, 114.000 Belges étaient chez eux à cause d'une maladie psychique, soit une augmentation de 39% en cinq ans. Cette hausse est surtout due au pic du nombre de burn-out. Il n'est donc pas surprenant que les entreprises cherchent des moyens de s'en prémunir et d'empêcher leurs employés de s'écrouler.La pleine conscience est une technique de méditation bouddhiste dont on dit qu'elle a des effets scientifiquement prouvés dans la lutte contre le stress, l'anxiété et la dépression. Depuis plusieurs années, la technique est en forte progression sur les lieux de travail. Dans les grandes entreprises comme Google, Colruyt et Bekaert, les employés stressés ou surchargés se voient maintenant proposer des cours de pleine conscience."La pleine conscience est un frein au changement social et politique"Cependant les critiques enflent autant que le succès. On pourrait dire que c'est formidable que les entreprises s'occupent enfin du bien-être mental de leur personnel. Mais selon un groupe croissant de critiques, la pleine conscience corporate est de faire rentrer les gens encore mieux et encore plus servilement dans le moule du système économique néolibéral.Le professeur américain de management Ronald Purser, auteur du livre McMindfulness, paru l'été dernier, qualifie la pleine conscience de "nouvelle spiritualité capitaliste". Selon Purser, cette technique est utilisée pour rendre les gens plus productifs et pour apprendre à mieux composer avec la pression extrême du travail et l'incertitude économique. Le système qui cause ce stress n'est pas remis en cause. De ce point de vue, Purser et d'autres soutiennent que la pleine conscience est un frein au changement social et politique.Le stress est dépolitisé, estime la critique. Les causes sociales sont perdues de vue et la responsabilité est entièrement placée sur l'individu. "Pour les gens qui s'inquiètent de la pression élevée du travail, qui ont peur d'être licenciés, il est inutile d'apprendre à manger un raisin sec en pleine conscience, il leur faut un changement politique et social ", déclarait récemment Purser dans une interview au quotidien néerlandais De Volkskrant. Mâcher soigneusement un raisin sec fait partie intégrante des cours de pleine conscience. Mais le commissaire de bord préférerait voir les gens adhérer à un syndicat.Le politologue Olivier Pintelon, membre du thinktank progressiste Minerva, a écrit un livre sur l'inadéquation entre notre modèle actuel à deux revenus et une vie familiale moderne intitulé De Strijd om tijd (la lutte pour le temps). Il partage la position de Purser. "Je vois un parallèle entre la mode de la pleine conscience et la prolifération de coach de burn-out et de stress. Chez AG Assurance, par exemple, les employés reçoivent des leçons sur la façon de gérer leur stress. Cette tendance reflète une vision néolibérale de la société : l'échec est votre propre faute, une faute individuelle qui n'a rien à voir avec la façon dont le travail est organisé."Pintelon souligne que la Belgique compte actuellement 400 000 patients à long terme, soit deux fois plus qu'il y a vingt ans. Il s'agit d'un problème collectif dont la vie d'entreprise est au moins en partie responsable. Cependant, les entreprises qui exigent un maximum de flexibilité de la part de leurs employés ne paient pas les coûts sociaux. Le problème du stress est systématiquement individualisé. "J'aime le comparer à des problèmes écologiques, comme le trou dans la couche d'ozone. On ne le comblera pas en encourageant les consommateurs à cesser d'acheter des réfrigérateurs. Si aujourd'hui la couche d'ozone se rétrécit, c'est grâce à un protocole : une série d'accords entre les gouvernements et les entreprises."D'où viennent les nombreuses plaintes de stress au travail ? Il est probable qu'on accorde plus d'attention aux maladies liées au stress aujourd'hui et qu'on hésite moins à en parler qu'auparavant. Mais cela ne suffit pas à expliquer l'explosion en cours.Travaillons-nous plus aujourd'hui qu'avant ? Oui et non. "À la fin des années 1950, les gens travaillaient en moyenne plus de 50 heures par semaine. Aujourd'hui, nous avons une semaine de travail standard de 37,5 heures ", dit le professeur de sociologie Ignace Glorieux (VUB). Mais ce n'est que la moitié de l'histoire. Le principal changement depuis les années 1950 a été l'entrée des femmes sur le marché du travail. En 1953, le taux d'emploi des femmes en Belgique était de 30,2%, en 2014 il était de 63%. Et bien que les femmes travaillent souvent à temps partiel, aujourd'hui, on travaille environ 70 heures par semaine au niveau familial, selon Glorieux, " beaucoup plus que dans les années 50 ".Teambuilding artificiel Le fait que les hommes et les femmes travaillent à l'extérieur conduit également à une division plus complexe des tâches au sein de la famille. "Autrefois, il y avait un homme qui travaillait beaucoup et ne faisait rien dans la maison ", dit Glorieux. "Aujourd'hui, les hommes et les femmes doivent s'entendre à ce sujet et coordonner leur travail en conséquence, même si les femmes continuent d'assurer la plus grosse partie du travail domestique."En outre, bien que le nombre d'heures travaillées par individu (masculin) ait diminué, les recherches montrent que de plus en plus de personnes ont le sentiment d'être sous pression au travail. Les exigences élevées, la concurrence féroce, l'incertitude, les contraintes de temps, le manque d'autonomie et la combinaison difficile du travail, de la famille et des loisirs font qu'ils ont du mal à garder la tête hors de l'eau."Les gens rentrent chez eux plus tôt qu'avant ", dit Glorieux. "Parce qu'ils veulent encore faire beaucoup de choses à la maison, parce qu'ils doivent aller chercher les enfants. Mais ils travaillent plus durement au travail. Tout est devenu beaucoup plus compétitif. Les résultats sont mesurés, il y a une évaluation constante. De temps en temps, des journées de teambuilding y sont également organisées. Dans le passé, nous n'avions pas cela, mais il y avait, pour ainsi dire, un esprit d'équipe chaque jour et nous formions une équipe beaucoup plus étroite. À midi, nous prenions une longue pause déjeuner pour manger ensemble. Aujourd'hui, les gens mangent souvent un sandwich devant leur ordinateur.Tout comme le professeur Glorieux est sceptique à l'égard du teambuilding "artificiel", il a ses réserves quant à la pleine conscience comme recette pour rendre le travail "faisable". S'il y a un besoin de pleine conscience au travail, dit Glorieux, "c'est en soi un mauvais signe". Si nous pouvions juste faire notre travail d'une manière agréable, bien nous concentrer sans avoir à regarder l'horloge tout le temps, et parler les uns aux autres et nous détendre entre les deux, nous n'aurions pas besoin de pleine conscience. On pourrait dire cyniquement : les employeurs pressent d'abord leurs employés comme des citrons, puis quand les gens sont au bord du gouffre et dans la zone dangereuse, on leur offre un petit cadeau. La pleine conscience."Effets secondaires néfastes Pourquoi tant de gens prennent-ils la pleine conscience au travail pour de l'argent comptant? Une explication qui soutiennent les critiques, c'est que la plupart d'entre nous sont tellement convaincus de l'efficacité de la pensée que nous avons presque spontanément recours à de telles techniques, afin d'être en mesure de performer de façon optimale dans le milieu de travail capitaliste contemporain. Le penseur germano-coréen Byung-Chul Han l'appelle taylorisme spirituel ou " psychopolitique". Tout comme on a tenté d'accroître la productivité physique des travailleurs à l'aide des connaissances scientifiques du sociologue canadien Charles Taylor, la pleine conscience est une technique pour améliorer l'efficacité mentale des travailleurs.Les défenseurs brandissent des scans du cerveau et, selon leurs propres mots, un flot incessant de publications qui démontrent l'efficacité de la pleine conscience. La pleine conscience serait une pratique fondée sur des données probantes ou une méthode éprouvée sur le plan scientifique. Mais est-ce le cas ? L'écrivaine et microbiologiste néerlandaise Rosanne Hertzberger la remet en question. Hertzberger n'exclut pas que la pleine conscience puisse avoir un effet bénéfique, notamment pour le traitement des troubles mentaux graves. "Mais quel est l'effet sur la communauté ? Le citoyen en bonne santé mais stressé ? L'employé surchargé qui fait la navette? Là, il n'y a pas de différence entre la pleine conscience et une fausse thérapie."Erreurs de pensée Steven Laureys, le neurologue belge qui a acquis une renommée mondiale grâce à ses recherches sur la conscience des patients dans le coma, est un partisan passionné de la méditation. Laureys a étudié l'impact de la méditation sur le cerveau. "Selon l'exercice de méditation que vous faites, vous verrez que différents réseaux dans votre cerveau changent structurellement et fonctionnellement, des réseaux liés à l'attention, aux émotions, etc. "Le neurologue estime qu'il y a encore beaucoup trop peu de recherches sur la méditation. Nous savons que la méditation "fait quelque chose au cerveau", selon Laureys. Qu'est-ce que c'est exactement, et comment ça marche ? Ces questions restent sans réponse. Mais cela s'applique également aux antidépresseurs, même si des milliards ont été injectés dans la recherche pour en démontrer l'effet. Selon Laureys, c'est là que le bât blesse : "La recherche sur la méditation n'est pas financée par l'industrie pharmaceutique, qui ne s'y intéresse pas du tout ".Laureys prescrit parfois la méditation. "Si un patient vient me voir avec un mal de tête, je veux bien sûr d'abord exclure la possibilité d'une tumeur au cerveau. Mais si ce n'est pas une tumeur, la méditation peut faire partie de la solution. De nombreuses personnes ont de la difficulté à s'affirmer dans une société qui cause un stress chronique, tant sur le plan professionnel et personnel que sur le plan existentiel. Quand vous méditez, votre coeur bat plus doucement, votre tension artérielle chute, les hormones de stress comme le cortisol et l'adrénaline diminuent. C'est tout à fait positif. Dans notre monde de haute technologie et rationnel, nous avons tendance à négliger notre bien-être mental. Nous ne nous connectons pas assez à notre côté émotionnel. Je pense que nous ne nous écoutons pas assez et c'est pour cela que l'on voit tous ces burn-out et autres problèmes."Laureys n'est pas convaincu par les critiques selon lesquelles la pleine conscience aide à maintenir un système qui cause du stress. "À mon avis, les dirigeants d'entreprise comme Wouter Torfs sont particulièrement préoccupés par le bien-être de leurs employés. Je trouve la critique de la pleine conscience cynique et, en plus, à côté de la question. Bien sûr, la pleine conscience est aussi devenue un produit commercial, c'est un phénomène à la mode, mais en tant que médecin on ne peut être que satisfait que tant de gens s'y mettent.