C'est par l'intermédiaire d'une lettre ouverte signée par son directeur général, Julien Bunckens que la FASD a fait savori son mécontentement.

La FASD a formulé quatre demandes urgentes aux autorités:

  1. une plus grande articulation et concertation avec les acteurs du secteur;
  2. la garantie d'une distribution régulière et organisée de matériel de protection adéquat, en particulier pour l'ensemble des métiers du domicile;
  3. une aide financière d'urgence pour couvrir les surcoûts liés aux achats exceptionnels et à la réorganisation de ces métiers;
  4. et la possibilité et les moyens de réorganiser les prestations du personnel afin de pouvoir répondre au mieux à l'évolution des demandes.

Le soutien des autorités est indispensable, selon la FASD, pour permettre de garantir à son personnel de première ligne des conditions de travail sécurisantes et, de facto, d'oeuvrer à endiguer la propagation de ce virus. "Ce soutien est nécessaire aussi parce que sans lui, après la crise, la pérennité des missions et des emplois sera compromise par la situation d'endettement dans laquelle nos services s'installent pour assurer aujourd'hui la sécurité indispensable de nos équipes et des citoyens qu'elles accompagnent", pointe le FASD dans sa lettre.

Julien Bunckens rappelle que "chaque semaine, nous avons besoin d'au moins 35.000 masques chirurgicaux, 4.000 sur-blouses et aussi d'une quantité importante de masques FFP2. Et ce n'est qu'une première estimation minimaliste!"

C'est par l'intermédiaire d'une lettre ouverte signée par son directeur général, Julien Bunckens que la FASD a fait savori son mécontentement. La FASD a formulé quatre demandes urgentes aux autorités: Le soutien des autorités est indispensable, selon la FASD, pour permettre de garantir à son personnel de première ligne des conditions de travail sécurisantes et, de facto, d'oeuvrer à endiguer la propagation de ce virus. "Ce soutien est nécessaire aussi parce que sans lui, après la crise, la pérennité des missions et des emplois sera compromise par la situation d'endettement dans laquelle nos services s'installent pour assurer aujourd'hui la sécurité indispensable de nos équipes et des citoyens qu'elles accompagnent", pointe le FASD dans sa lettre. Julien Bunckens rappelle que "chaque semaine, nous avons besoin d'au moins 35.000 masques chirurgicaux, 4.000 sur-blouses et aussi d'une quantité importante de masques FFP2. Et ce n'est qu'une première estimation minimaliste!"