Une étude flamande révèle que dans la plupart des cas nous ne savons jamais ce que pense vraiment notre partenaire. Même après 20 ans, on peut encore avoir une "révélation" sur son partenaire. Par exemple qu'il n'aime pas notre façon de nous habiller ou de partir camper, alors que cela a été le seul mode de vacances durant des années. Ou encore certaines choses faites dans l'intimité, endroit par excellence où l'on n'ose pas dire suffisamment ce qu'on aime ou pas. Des "vérités" balancées sur le tard qui n'en font que plus mal puisque longtemps tues.
...

Une étude flamande révèle que dans la plupart des cas nous ne savons jamais ce que pense vraiment notre partenaire. Même après 20 ans, on peut encore avoir une "révélation" sur son partenaire. Par exemple qu'il n'aime pas notre façon de nous habiller ou de partir camper, alors que cela a été le seul mode de vacances durant des années. Ou encore certaines choses faites dans l'intimité, endroit par excellence où l'on n'ose pas dire suffisamment ce qu'on aime ou pas. Des "vérités" balancées sur le tard qui n'en font que plus mal puisque longtemps tues. Céline Hinnekens, psychologue, a étudié face caméra 150 couples allant de 18 à 76 ans. Ils pouvaient discuter durant 12 minutes d'un sujet de leur choix. Les principaux sujets ont été l'argent, les tâches ménagères, l'éducation des enfants ou encore l'équilibre entre vie professionnelle et privée. Ensuite, on les a fait regarder leur vidéo séparément en leur demandant de dire ce à quoi leur partenaire pensait à des moments précis. La plupart étaient relativement sûrs de leur jugement. Mais, surprise, seul 20% des assertions se sont révélées juste. C'est-à-dire que dans 80% des cas, la personne n'avait pas réussi à deviner ce que pensait réellement son partenaire. La compréhension, une donnée surévaluéeLes femmes ne comprennent pas plus les hommes qu'inversement. Ces dernières ont même plutôt tendance à voir par une lorgnette négative les pensées des hommes. Elles voient les choses de façon plus sombres que ce qu'ils pensent réellement. La compréhension n'est pas non plus une question d'âge et d'expérience puisque les couples de 70 ans n'obtenaient pas de meilleurs chiffres que ceux de 18 ans. Ils avaient même parfois de moins bons scores. Ce qui compte ce n'est en effet pas l'âge, mais la motivation. Si l'incompréhension est constante dans la plupart des relations, il est encore plus dangereux de penser à la place de son partenaire. Avec le temps, on fait de moins en moins d'effort pour interroger notre partenaire sur le fond de sa pensée. On se rapatrie sur des automatismes ou pense savoir ce que l'autre pense. Alors que, pour certaines choses, il est très utile de redemander régulièrement l'avis de l'autre. On pourrait être très surpris de la réponse. En admettant que votre partenaire puisse estimer avec une relative justesse vos sentiments, cela ne serait pas non plus suffisant. Avoir l'impression d'être compris est plus important qu'une compréhension effective. Pour avoir un couple heureux, il est donc important d'avoir des gestes d'affections, de poser de bonnes questions et de faire des efforts qui peuvent être perçus comme autant de signes de compréhension. Mieux, il n'est pas vraiment nécessaire de se comprendre pour s'aimer disent les experts. Au contraire, l'incompréhension rend justement une relation intéressante. Pour le psychiatre Dirk De Wachter interviewé par De Morgen, l'amour est un "désir impossible" envers un autre "radicalement différent". "Ce n'est que si nous nous comprenions que les relations seraient vraiment destructrices", déclare De Wachter. "Parce qu'alors elles n'auraient plus aucun intérêt."Cependant, précisent enfin les experts, il est important, pour ne pas laisser une trop grande la place à l'interprétation, de faire des accords clairs sur certains points si l'on souhaite une relation harmonieuse. Par exemple, qui fait la vaisselle et quand.