Le Brésil est actuellement touché par un scandale dans les secteur bovin. De la viande avariée impropre à la consommation a été vendue pendant des années, notamment à l'exportation, par certains des plus gros producteurs bovins du pays. La viande périmée était notamment reconditionnée à l'aide de produits chimiques. Vingt personnes ont déjà été arrêtées dans ce cadre, tandis que des dizaines de fonctionnaires chargés des contrôles de qualité ont été suspendus.

Vingt-et-une entreprises brésiliennes tremperaient dans ce scandale dont quatre qui exportaient vers l'Union européenne. L'AFSCA a demandé des informations et a établi qu'une cargaison de boeuf, provenant de l'une de ces quatre entreprises, avait été envoyée en Belgique. "La viande est arrivée en Belgique depuis les Pays-Bas durant l'été 2016. La cargaison a été approuvée aux Pays-Bas. Ceci est un élément qui montre que la viande n'avait rien de particulier à première vue", explique Philippe Houdart de l'AFSCA.

Le Brésil est actuellement touché par un scandale dans les secteur bovin. De la viande avariée impropre à la consommation a été vendue pendant des années, notamment à l'exportation, par certains des plus gros producteurs bovins du pays. La viande périmée était notamment reconditionnée à l'aide de produits chimiques. Vingt personnes ont déjà été arrêtées dans ce cadre, tandis que des dizaines de fonctionnaires chargés des contrôles de qualité ont été suspendus.Vingt-et-une entreprises brésiliennes tremperaient dans ce scandale dont quatre qui exportaient vers l'Union européenne. L'AFSCA a demandé des informations et a établi qu'une cargaison de boeuf, provenant de l'une de ces quatre entreprises, avait été envoyée en Belgique. "La viande est arrivée en Belgique depuis les Pays-Bas durant l'été 2016. La cargaison a été approuvée aux Pays-Bas. Ceci est un élément qui montre que la viande n'avait rien de particulier à première vue", explique Philippe Houdart de l'AFSCA.