"Les hôpitaux sont structurellement sous-financés par le gouvernement et cherchent donc d'autres sources de financement. Leur stratégie est la même depuis de nombreuses années déjà: encourager les médecins à demander des suppléments d'honoraires plus élevés aux patients en chambres individuelles afin que les hôpitaux puissent y puiser davantage de fonds."

L'ABSyM, qui est en faveur d'un gel/statu quo dans le domaine des suppléments, estime que les médecins ne doivent plus être culpabilisés plus longtemps dans ce dossier.

L'organisation se dit choquée du traitement médiatique sur le malaise à l'hôpital CHR de La Citadelle à Liège. Afin de sortir du rouge, la direction de l'hôpital avait décidé d'augmenter les suppléments d'honoraire de 50 cents.

"L'ABSyM continue à insister sur la nécessité d'une cogestion avec les médecins au sein des réseaux hospitaliers."

"Les hôpitaux sont structurellement sous-financés par le gouvernement et cherchent donc d'autres sources de financement. Leur stratégie est la même depuis de nombreuses années déjà: encourager les médecins à demander des suppléments d'honoraires plus élevés aux patients en chambres individuelles afin que les hôpitaux puissent y puiser davantage de fonds." L'ABSyM, qui est en faveur d'un gel/statu quo dans le domaine des suppléments, estime que les médecins ne doivent plus être culpabilisés plus longtemps dans ce dossier. L'organisation se dit choquée du traitement médiatique sur le malaise à l'hôpital CHR de La Citadelle à Liège. Afin de sortir du rouge, la direction de l'hôpital avait décidé d'augmenter les suppléments d'honoraire de 50 cents. "L'ABSyM continue à insister sur la nécessité d'une cogestion avec les médecins au sein des réseaux hospitaliers."