La France a pris la décision dernièrement de dérembourser les médicaments homéopathiques. L'annonce a été faite le 9 juillet dernier par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn. À partir de 2021, l'homéopathie ne sera plus remboursée. Une étape avant cela: au 1er janvier les petites granules aujourd'hui remboursées à 30% ne le seront plus qu'à 15%. Le ministère de la Santé se range ainsi à l'avis de la Haute autorité de santé. À la suite de cette décision, les médecins allemands ont également demandé une révision du remboursement.
...

La France a pris la décision dernièrement de dérembourser les médicaments homéopathiques. L'annonce a été faite le 9 juillet dernier par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn. À partir de 2021, l'homéopathie ne sera plus remboursée. Une étape avant cela: au 1er janvier les petites granules aujourd'hui remboursées à 30% ne le seront plus qu'à 15%. Le ministère de la Santé se range ainsi à l'avis de la Haute autorité de santé. À la suite de cette décision, les médecins allemands ont également demandé une révision du remboursement.Qu'en est-il en Belgique ? Comme l'explique L'Echo, la situation est un peu différente chez nous. Le remboursement des médicaments homéopathiques n'est pas pris en charge par la sécurité sociale, mais uniquement par l'assurance complémentaire des mutualités. Seule la consultation chez un homéopathe est prise en charge, parce que relevant d'une visite chez le généraliste, mais pas les préparations à proprement parler. Ce remboursement est donc laissé à l'appréciation des différentes mutualités au nord et au sud du pays, qui sont considérées comme plus à même d'identifier les besoins des patients. Un patient pourra ainsi se faire rembourser à hauteur de 25%, lorsqu'il est porteur d'une attestation du pharmacien mentionnant le nom du médicament. Le quotidien économique précise que tous les médicaments homéopathiques ne sont pas remboursés. Une liste a été établie par l'ensemble des mutualités. De Morgen relaie que de nombreuses discussions sont en cours en Flandre concernant le remboursement ou pas de l'homéopathie. La Mutualité chrétienne néerlandophone ("Christelijke Mutualiteit"), avec ses 4,5 millions de membres leader du marché, est la seule caisse d'assurance maladie dans notre pays qui ne paie déjà plus pour ce type de produit. Elle a décidé après 15 ans de ne plus rembourser ce type de médicaments via son assurance complémentaire depuis le 1er janvier de cette année. Auparavant, elle remboursait jusqu'à 50 euros par an. L'Echo avance que la raison est cependant moins idéologique que financière et pragmatique. On remarque en effet que la consommation de médicaments homéopathiques est plus faible au nord du pays. De plus, on n'observe pas de hausse significative de patients se soignant avec l'homéopathie. Le remboursement de l'homéopathie ne représente par ailleurs qu'une très faible partie des remboursements effectués par les mutuelles, elle se situe derrière les autres médecines douces comme l'ostéopathie ou l'acupuncture.Interrogées par le quotidien flamand, deux mutuelles flamandes ont déclaré qu'elles réviseront leur politique de remboursement concernant l'homéopathie l'année prochaine. La mutualité des indépendants Partena rendra plus strictes les conditions de remboursement de ce type de produits dès 2020. "Seuls les médicaments prescrits par un médecin traditionnel seront remboursés à partir de l'année prochaine ", explique la porte-parole Sarah Masschelein. Pour le moment, un certificat délivré par la pharmacie suffit. Actuellement, la couverture de base intervient jusqu'à 75 euros par an dans l'achat de médicaments homéopathiques.A partir de l'année prochaine, la mutuelle flamande indépendante ("Neutraal Ziekenfonds Vlaanderen") ne remboursera pour sa part plus que 50 euros par an, au lieu de 75 euros. Selon elle, cette décision n'a toutefois rien à voir avec "la controverse sur l'homéopathie", mais avec "les budgets internes qui doivent être redistribués". Les mutualités socialistes admettent de leur côté que leurs conditions sont "en cours de révision", et au sein des mutualités libres flamandes ("Landsbond van de Onafhankelijke Ziekenfondsen"), on déclare être conscient de cette problématique. Les acteurs du secteur indiquent que la discussion bat son plein. "Dans les services d'étude des caisses d'assurance-maladie, ils se rendent bien compte à quel point il est absurde de rembourser l'homéopathie. Mais le marketing et la communication sont toujours gênants. Ils craignent de perdre des membres."Le fait que la France a décidé de dérembourser ces médicaments et que le débat est ouvert en Allemagne met un peu plus la pression. "Et puis il y a la Mutualité Chrétienne qui a supprimé le remboursement au début de cette année ", dit une source anonyme. "Plus il y a d'acteurs qui suivent, plus il devient difficile de ne pas réformer. Tu ne veux pas être le seul idiot à payer pour ça." Les autres mutuelles semblent attendre un signe de la ministre de la Santé, Maggie De Block (Open Vld) pour décider. La ministre ne défend pas l'homéopathie.Test-achats estime également qu'un tel remboursement n'est pas souhaitable. "Rembourser l'homéopathie viendrait à conférer à ces préparations le titre de médicaments. Or, selon nous, ne devraient pouvoir prétendre au statut de médicament que les produits dont l'efficacité a été clairement établie par des études fiables à la méthodologie correcte. Ici, ce n'est pas le cas. Nous ne sommes donc pas favorables à ce remboursement qui contribuerait à induire le consommateur en erreur", estime Jean-Philippe Ducart, Manager Public Affairs & Media Relations chez Test-achats, cité par Le Soir.