Autrefois, sortir avec ses amis et boire plus que de raison était vu comme une sorte de rite de passage à l'adolescence. De leur côté, les jeunes d'aujourd'hui auraient tendance à tourner le dos aux bars et aux soirées de débauche, car c'est exactement ce que leurs parents ont fait, rapporte le Telegraph.
...

Autrefois, sortir avec ses amis et boire plus que de raison était vu comme une sorte de rite de passage à l'adolescence. De leur côté, les jeunes d'aujourd'hui auraient tendance à tourner le dos aux bars et aux soirées de débauche, car c'est exactement ce que leurs parents ont fait, rapporte le Telegraph. L'alcool serait même devenu quelque chose de tabou pour certains qui voient dans l'ivresse quelque chose que appartient aux générations passées, selon une nouvelle étude réalisée Eventbrite qui a interrogé 1023 jeunes.Ainsi, seul un jeune sur dix verrait aujourd'hui la perspective de se saouler comme quelque chose de "cool". Ils sont par contre beaucoup plus nombreux à considérer cela comme "pathétique" ou "embarrassant". Quatre adolescents sur dix ayant une opinion négative générale sur les personnes ivres.Selon les experts, cela s'expliquerait par le fait que les jeunes n'utilisent plus l'alcool pour échapper à leurs problèmes, car ils préfèrent en parler ouvertement. "La génération X (née entre 1960 et 1980) souffrait toujours face une autorité écrasante. Ils utilisaient alors l'alcool et les drogues pour cacher leurs problèmes. Les jeunes d'aujourd'hui ne veulent plus recouvrir leurs problèmes de consommation d'alcool et de drogues, ils veulent les affronter", a expliqué Nichi Hodgson, un expert en rencontres et relations qui a contribué à l'étude.Mais ce ne serait pas la seule explication puisque le manque de moyen financier des jeunes expliquerait également cette diminution de la consommation d'alcool. Un adolescent sur quatre affirme préférer dépenser son argent dans autre chose que l'alcool. Les festivals, fin de la débauche L'enquête montre également la fin de la grande débauche des festivals. Une personne sur cinq avoue rester sobre durant tout un week-end de festival, même si une personne sur dix avoue s'être déjà évanouie en faisant la fête. Cette tendance tend également à progresser puisque 42% des jeunes déclarent avoir diminué leur consommation d'alcool au cours des trois dernières années. Et ce n'est pas parce qu'ils sont tous occupés derrière leurs écrans puisque 40 % disent avoir complètement échappé aux réseaux sociaux en éteignant leur téléphone lors d'un festival.L'étude montre également que la définition même de "festival" change avec les goûts des jeunes. La nouvelle génération est tout aussi susceptible d'assister à un festival culinaire, de fitness ou de bien-être qu'à un festival de musique traditionnel. Il apparait également que les jeunes évitent les applications de rencontre. Pour une relation à long terme, 57% d'entre eux déclarent préférer rencontrer quelqu'un lors d'un événement.