La liste d'attente apparaît ainsi stable par rapport à 2012, où 1.138 patients attendaient un organe. Le SPF note un point positif important: le nombre de décès parmi ces receveurs en attente a tendance à diminuer. Il a chuté de 13% de 2012 à 2013, indique le communiqué.

Parmi les patients sur liste d'attente, un changement important concerne les candidats à une greffe de coeur. Au fil des ans, leur part augmente de manière impressionnante, indique Luc Colenbie, coordinateur des transplantations à l'UZ Gent et secrétaire du conseil belge en la matière. Selon lui, la cause en est l'appauvrissement de l'offre en coeurs de bonne qualité.

Le total d'organes disponibles a pourtant connu une hausse conséquente, grâce au nombre croissant de donneurs vivants. Ils étaient 105 en 2013 (sur 411 au total), en augmentation de 17% par rapport à l'année précédente. La législation belge considère par ailleurs chaque citoyen comme un donneur potentiel par défaut. Le pays "reste le leader avec la Croatie concernant le nombre de donneurs" parmi les membres d'Eurotransplant, l'organe européen de collaboration responsable de la gestion des procédures de dons d'organes.

La liste d'attente apparaît ainsi stable par rapport à 2012, où 1.138 patients attendaient un organe. Le SPF note un point positif important: le nombre de décès parmi ces receveurs en attente a tendance à diminuer. Il a chuté de 13% de 2012 à 2013, indique le communiqué. Parmi les patients sur liste d'attente, un changement important concerne les candidats à une greffe de coeur. Au fil des ans, leur part augmente de manière impressionnante, indique Luc Colenbie, coordinateur des transplantations à l'UZ Gent et secrétaire du conseil belge en la matière. Selon lui, la cause en est l'appauvrissement de l'offre en coeurs de bonne qualité. Le total d'organes disponibles a pourtant connu une hausse conséquente, grâce au nombre croissant de donneurs vivants. Ils étaient 105 en 2013 (sur 411 au total), en augmentation de 17% par rapport à l'année précédente. La législation belge considère par ailleurs chaque citoyen comme un donneur potentiel par défaut. Le pays "reste le leader avec la Croatie concernant le nombre de donneurs" parmi les membres d'Eurotransplant, l'organe européen de collaboration responsable de la gestion des procédures de dons d'organes.