"Cet argent est le minimum pour permettre à tous les habitants du Liberia, de Sierra Leone, de la Guinée et de la Guinée-Bissau d'accéder à des soins librement", a affirmé l'ONG dans un communiqué diffusé à l'occasion des assemblées semi-annuelles de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (FMI) à Washington.

La Guinée-Bissau n'a encore connu aucun cas d'Ebola mais se trouve dans une position particulièrement risquée en raison de la perméabilité de ses frontières et de ses faibles ressources, a indiqué l'ONG.

"Les gouvernements et les donateurs doivent revenir sur des années de négligence avec un plan d'investissement sur 10 ans pour développer un système de santé universel et s'assurer que ces pays pourront faire face à une nouvelle épidémie", estime Oxfam.

Selon les calculs de l'ONG, il coûterait 420 millions de dollars de former les quelque 9.000 docteurs et 37.000 infirmières jugés nécessaires par les critères sanitaires minima fixés par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et 297 millions de dollars par an pour payer leurs salaires.

L'épidémie a fait plus de 10.600 morts dans les trois pays concernés et a eu de graves conséquences sur leur croissance économique.

"Cet argent est le minimum pour permettre à tous les habitants du Liberia, de Sierra Leone, de la Guinée et de la Guinée-Bissau d'accéder à des soins librement", a affirmé l'ONG dans un communiqué diffusé à l'occasion des assemblées semi-annuelles de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (FMI) à Washington. La Guinée-Bissau n'a encore connu aucun cas d'Ebola mais se trouve dans une position particulièrement risquée en raison de la perméabilité de ses frontières et de ses faibles ressources, a indiqué l'ONG. "Les gouvernements et les donateurs doivent revenir sur des années de négligence avec un plan d'investissement sur 10 ans pour développer un système de santé universel et s'assurer que ces pays pourront faire face à une nouvelle épidémie", estime Oxfam. Selon les calculs de l'ONG, il coûterait 420 millions de dollars de former les quelque 9.000 docteurs et 37.000 infirmières jugés nécessaires par les critères sanitaires minima fixés par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et 297 millions de dollars par an pour payer leurs salaires. L'épidémie a fait plus de 10.600 morts dans les trois pays concernés et a eu de graves conséquences sur leur croissance économique.