Il est possible de développer une dépendance au café, comme à toute autre boisson qui contient de la caféine (soda, thé, boisson énergisante, etc.), affirme Merideth Addicott, professeure adjointe à l'Université de l'Arkansas pour l'Institut de recherche en psychiatrie, au Time.
...

Il est possible de développer une dépendance au café, comme à toute autre boisson qui contient de la caféine (soda, thé, boisson énergisante, etc.), affirme Merideth Addicott, professeure adjointe à l'Université de l'Arkansas pour l'Institut de recherche en psychiatrie, au Time. Le café n'est pas aussi addictif que les drogues ou l'alcool, mais les personnes qui en consomment peuvent connaitre une certaine accoutumance et dépendance et avoir du mal à s'en passer. Êtes-vous dépendant du café ?La dépendance au café concerne davantage la manière dont votre consommation quotidienne va influencer votre manière de fonctionner que la quantité réelle que vous ingurgitez. Il n'y a pas un nombre de tasses à partir duquel votre consommation devient problématique. Ce qui est significatif c'est comment les personnes vont réagir si elles ne peuvent pas avoir du café lorsqu'elles le désirent et comment cela va interférer avec leur vie quotidienne. Il est cependant recommandé de ne pas dépasser le nombre de 400 milligrammes de caféine par jour, soit environ quatre tasses de café. Si vous dépassez régulièrement cette dose, vous risquez les effets secondaires tels que des problèmes de sommeil, des migraines, une augmentation du rythme cardiaque, des tremblements musculaires, de l'irritabilité, de la nervosité et des maux d'estomac. Mais ces effets peuvent déjà se faire ressentir à plus faible dose, étant donné que la tolérance à la caféine est quelque chose de très personnel. Si vous éprouvez des effets secondaires physiques et que vous ne parvenez pas à vous passer de votre dose quotidienne, ce sont les signes que vous êtes dépendant de la caféine et que vous devriez envisager de réduire votre consommation. Comment se débarrasser de sa dépendance ? La chose la plus compliquée, mais la plus importante est avant tout de vous convaincre que vous n'avez pas besoin du café. Certains pensent que ça les aide à être plus performants. Or, la caféine n'a pas de réel impact sur le cerveau ou sur les capacités cognitives. En fait, la dépendance à la caféine est étroitement liée à la perception de ses effets. "Lorsque vous buvez une certaine quantité de café chaque jour, votre corps s'adapte et maintient votre performance de base ", explique Meredith Addicott. "Lorsque vous ne consommez pas autant de caféine, vous subissez un retrait, ce qui peut diminuer votre performance. Alors, on a l'impression que la caféine a un impact et améliore la capacité à se concentrer, mais ce n'est vraiment pas le cas."Lorsque vous aurez brisé ce cercle, vous reviendrez simplement à vos capacités normales, sans avoir besoin du café. Bien sûr, c'est plus facile à dire qu'à faire, et malheureusement la seule façon de faire est de se sevrer lentement mais surement. Pour vous aider, vous pouvez commencer par consommer votre café habituel en le coupant avec une demi-tasse de décaféiné. Vous pouvez également marcher durant vos heures de bureau ou bouger lorsque vous vous sentez plus fatigué. "Mais à un moment donné vous allez quand même devoir souffrir de ce manque", affirme Addicott. Attendez-vous à des symptômes comme des maux de tête, de la fatigue, de l'irritabilité et des difficultés de concentration, mais cela devrait disparaître au fur et à mesure que vous vous adaptez à vos nouvelles habitudes. La dépendance à la caféine est-elle si dangereuse ? Elle peut être problématique. En plus des effets secondaires de l'utilisation excessive de caféine - et de l'ajout de sucre ou d'édulcorants artificiels - la dépendance à la caféine peut être le signe d'un problème sous-jacent. "Peut-être que c'est aussi symptomatique d'avoir une légère dépression et que vous utilisez la caféine pour essayer de mieux vous concentrer, ou vous êtes anxieux à propos de votre performance au travail et vous utilisez la caféine pour compenser cela", explique Addicott. "Parler à un professionnel de la santé peut permettre d'aborder les problèmes plus profonds qui pourraient expliquer la consommation excessive de caféine."