C'était beau et bouleversant, ce qu'une dame âgée dans un centre de soins disait à la radio : "Les années passent vite, mais les jours durent si longtemps". Les personnes placées dans une maison de repos vivent également une sorte de quarantaine en temps normal, surtout si elles ont grandement besoin de soins. Alors que nous traversons une période de confinement, certains parlent d'une peine de prison : "Le coronavirus nous a enlevé tous les repères importants de notre vie et nous laisse prisonniers, comptant les jours jusqu'à ce que l'on puisse être à nouveau libres".
...

C'était beau et bouleversant, ce qu'une dame âgée dans un centre de soins disait à la radio : "Les années passent vite, mais les jours durent si longtemps". Les personnes placées dans une maison de repos vivent également une sorte de quarantaine en temps normal, surtout si elles ont grandement besoin de soins. Alors que nous traversons une période de confinement, certains parlent d'une peine de prison : "Le coronavirus nous a enlevé tous les repères importants de notre vie et nous laisse prisonniers, comptant les jours jusqu'à ce que l'on puisse être à nouveau libres".Le confinement dû au coronavirus bouleverse notre notion du temps. Les jours se suivent sans qu'on s'en aperçoive, car nous n'avons presque plus d'activités à l'extérieur. Semaine ou week-end : il n'y a pas de différence. Jour et nuit : vous êtes toujours chez vous. Les points de référence classiques dans le temps s'effacent et sont remplacés par l'analyse quotidienne, le nombre d'admissions à l'hôpital et de décès. La conférence de presse de 11h et les applaudissements de 20h sont les nouveaux repères, et remplacent le retour de l'école ou le match de tennis hebdomadaire."Le temps est très volatile, car il n'y a pas vraiment de sens", explique la psychologue Vicky Franssen, professeure à la Arteveldehogeschool de Gand. Elle a fait un doctorat sur notre expérience du temps et sur le rôle que notre mémoire et notre attention y jouent. "Nous avons une sorte d'horloge interne dans notre corps, mais vous ne pouvez pas simplement la lire. Elle est influencée par nos attentes et nos souvenirs. Par conséquent, le temps peut faire d'étranges bonds dans nos têtes, et c'est ce que beaucoup de gens vivent aujourd'hui".Le temps est un concept élastique, selon plusieurs expériences psychologiques. Pour les personnes qui regardent des images de corps mutilés, une minute dure beaucoup plus longtemps que pour les personnes qui regardent des images de chatons en train de jouer. Si vous vous concentrez sur quelque chose, votre champ d'expérience s'étend à votre tâche spécifique, vous êtes donc moins stimulé par votre environnement et le temps s'écoule. Plus vous faites de choses amusantes pendant une période donnée, moins vous faites attention au temps et plus il passe vite.Cela se manifeste aussi dans ce qu'on appelle le 'paradoxe des vacances' : quand on voyage et qu'on fait toutes sortes d'activités, le temps semble s'envoler, mais quand on est de retour chez soi et qu'on se remémore son voyage, on a l'impression d'être parti longtemps. Les enfants vivent les vacances comme une éternité, car ils font face à de nombreux stimuli nouveaux, ce qui fait que le temps passe vite. Mais lorsqu'ils sont à la fin du mois d'août, le début du mois de juillet semble très lointain. C'est différent si vous restez à la maison pendant vos vacances : le temps passe lentement, mais semble s'être envolé quand on y repense. "Notre expérience du temps est en partie basée sur des choses qui n'ont rien à voir avec le temps", explique Vicky Franssen. "En général, le temps passe vite quand on se concentre sur une activité ou quand il se passe beaucoup de choses nouvelles non liées au temps, comme l'exploration d'un nouveau chemin ou la rencontre de nouvelles personnes. Si votre journée est bien remplie, vous ne faites pas attention au temps, car il y a trop d'autres choses qui requièrent votre attention. Mais si vous avez une journée ennuyeuse où rien de spécial ne se passe, vous ferez plus attention au temps, car vous serez moins distrait par des éléments non liés au temps. Vous regardez davantage l'horloge, vous pensez plus au temps qui passe, ce qui rend une journée fastidieusement lente."Un deuxième aspect important de notre expérience du temps est la mémoire. La règle ici est que plus il y a eu d'activités au cours d'une période donnée, plus il semble avoir duré longtemps quand on y repense. "Une belle journée chargée pèse tellement sur notre notion du temps que, peu de temps après, cela semble s'être produit il y a des semaines", explique Franssen. Ainsi, en ce qui concerne le confinement, on arrive à ce que les scientifiques appellent le 'paradoxe de la quarantaine' : les journées semblent longues, mais comme la routine consistant à se lever, manger, lire le journal, regarder par la fenêtre, allumer la télévision, manger, regarder par la fenêtre et regarder son émission préférée n'est guère rompue, les semaines semblent filer. Il n'y a plus d'autres repères, plus d'activités de plein air, plus de sorties le week-end, plus de projets concrets de vacances. Au contraire, on se focalise sur questions temporelles telles que : quand les restaurants vont-ils rouvrir ou quand y aura-t-il un vaccin contre le coronavirus ? La crise du coronavirus efface les repères temporels normaux dans nos têtes, ce qui perturbe notre perception du temps. Si vous faites la même chose tous les jours, il est inutile de se souvenir de chaque jour.Le niveau de stress joue également un rôle dans les expériences de temps. "Notre horloge interne a un certain rythme, qui est supposé être soumis à certains cycles dans notre corps, comme les battements du coeur et la respiration", explique la psychologue Vicky Franssen. "Elle joue également un rôle dans notre perception du temps. Chacun a un rythme de base intérieur, par exemple soixante 'tics' (comme le tic de l'horloge) par minute. Mais si vous êtes stressé ou malade, cela s'accélère. Ces soixante tics ne dureront plus une minute, mais seulement 45 secondes. Votre horloge interne tourne plus vite que l'horloge officielle, ce qui signifie que le temps réel passe plus lentement que vous ne le pensez. C'est pourquoi une journée dure plus longtemps que d'habitude pour les personnes qui ont de la fièvre. Pour les parachutistes qui sont remplis d'adrénaline, quelques minutes peuvent avoir l'air d'une éternité. La fièvre, la tension et le stress peuvent vraiment allonger le temps.""Si vous vivez le confinement comme une période de calme et que vous avez moins de stress parce que vous n'avez plus à vous presser, vous faites moins de 'tics' internes par minute que dans votre routine habituelle. Votre horloge interne va alors moins vite, de sorte que vous vivez quelque chose qui a duré une minute et demie comme si elle avait duré une minute. Le temps réel va donc plus vite que ce que vous ressentez. Les jours passent vite. En écoutant de la musique apaisante ou en observant les oiseaux, le temps passe plus vite que prévu. Mais si vous devez écouter une musique agaçante dans la file d'attente d'un magasin ou si vous êtes gêné par le comportement des autres personnes qui attendent, votre niveau de stress augmente et le temps semble s'écouler plus lentement. La perception joue donc un rôle majeur dans notre notion du temps".Tout le monde n'est pas confiné aujourd'hui. Certaines personnes doivent continuer à travailler, souvent dans des conditions difficiles, comme dans le secteur des soins de santé. L'intensité de leurs expériences peut faire passer leurs journées à la vitesse de l'éclair, mais le stress émotionnel peut faire tirer leurs semaines en longueur. Leur vie normale d'avant la crise semble infiniment lointaine. Il peut en être de même pour les personnes qui se retrouvent dans des montagnes russes émotionnelles en raison de maladies ou de décès chez leurs proches. Ou pour les personnes qui n'arrivent pas à gérer la garde des enfants et le télétravail en même temps.Il existe encore peu de recherche sur la façon dont les gens vivent la crise du coronavirus. Une expérience britannique préliminaire a montré que pour la moitié des personnes interrogées, la durée du confinement semble filer plus vite, l'autre moitié pense qu'elle va plus lentement. Une enquête menée aux États-Unis a mesuré 48% des personnes pour lesquelles le temps semble aller plus lentement et 25% pour lesquelles il s'accélère.Pour l'instant, il est également difficile d'estimer combien de personnes vivent la crise de manière exclusivement problématique. Vicky Franssen : "Je pense que l'on s'intéresse beaucoup à la façon dont cela se passe mal : des enfants qui doivent faire face à la violence à la maison, des personnes qui souffrent d'épuisement professionnel. Alors que l'inverse se produit également. Il y a des enfants qui restent maintenant tranquillement assis à la maison alors qu'ils seraient harcelés à l'école, des gens qui découvrent de nouveaux passe-temps et des familles qui sont de plus en plus soudées."Le psychologue Franssen mentionne un autre élément important pour notre notion du temps : nos attentes. "Lors de nombreux événements, nous avons une sorte de scénario dans notre tête, y compris sa durée. On pressent combien de temps peut durer une chanson, un applaudissement ou une pause publicitaire. Si cela prend plus de temps que prévu, cela semble soudain beaucoup plus long. L'anomalie est amplifiée. C'est aussi vrai dans le sens inverse."Cette attente joue également un rôle dans la crise du coronavirus : "Si nous avons dans notre tête un point final pour le confinement, nous commencerons vraiment à penser que les mesures durent longtemps. Si un athlète pense qu'il est à la ligne d'arrivée et réalise soudain qu'il lui reste encore un tour à faire, cela prendra beaucoup de temps. Vous êtes également stressé, ce qui ralentit encore plus le temps. C'est pourquoi il faut être prudent lorsqu'on crée des modèles d'attentes. Sinon, les jours vont s'écouler encore plus lentement."Des recommandations sont faites ici et là pour briser la routine du quotidien qui consiste à vivre tout le temps la même chose. Prenez le temps de vivre des expériences différentes, d'apprendre un nouveau passe-temps, de varier vos habitudes culinaires et alimentaires. Faites quelque chose de différent le week-end que durant la semaine, même si c'est modeste, comme une fête virtuelle avec des amis ou une soirée cinéma en famille. Il est bon de fragmenter : vous vous concentrez sur une tâche, oubliez le reste et le temps passe plus vite. Car si vous ne faites pas de nouvelles expériences ou ne créez pas de nouveaux souvenirs, la vie vous glissera entre les doigts comme si de rien n'était.