Les recommandations en matière de santé nous conseillent souvent un apport calorique à ne pas dépasser, en fonction de l'âge, du sexe et de l'activité physique quotidienne. Mais une alimentation équilibrée ne serait pas qu'une question de chiffres, bien au contraire. C'est ce que dévoile une nouvelle recherche menée par 22 chercheurs issus de différentes universités américaines, qui démontre que la quantité de calories ingérées n'est pas moins importante que la source dont elles proviennen...

Les recommandations en matière de santé nous conseillent souvent un apport calorique à ne pas dépasser, en fonction de l'âge, du sexe et de l'activité physique quotidienne. Mais une alimentation équilibrée ne serait pas qu'une question de chiffres, bien au contraire. C'est ce que dévoile une nouvelle recherche menée par 22 chercheurs issus de différentes universités américaines, qui démontre que la quantité de calories ingérées n'est pas moins importante que la source dont elles proviennent. L'étude, publiée dans la revue Obesity Reviews, révèle que les calories présentes dans les boissons sucrées, comme les boissons gazeuses et autres sodas, peuvent être particulièrement préjudiciables pour notre santé. Par exemple, une canette de boisson gazeuse sucrée est beaucoup moins saine qu'une pomme de terre de de taille moyenne, riche en amidon. Ces deux aliments contiennent pourtant la même quantité de calories. Alors que le soda peut augmenter le risque de maladie cardiovasculaire et de diabète de type 2, la pomme de terre est riche en fibres et en potassium, offrant par conséquent une multitude d'avantages nutritionnels. "Les calories de tous les aliments ont le potentiel d'augmenter le risque d'obésité et de maladie cardiométabolique car toutes les calories peuvent directement contribuer à l'équilibre énergétique positif et le gain de graisse", explique l'étude. "Cependant, divers éléments ou modèles diététiques peuvent favoriser l'obésité et les maladies cardiométaboliques par des mécanismes additionnels, qui ne sont pas uniquement le fait de l'apport calorique".Alors que consommer une certaine quantité de calories provenant d'une boisson édulcorées riche en fructose ou sirop de maïs peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires, la même quantité de calories provenant d'une source comme le yaourt ou le fromage peut avoir l'effet inverse. L'étude a également mis en évidence les différences entre les aliments contenant des quantités égales de graisse. Par exemple, manger des aliments riches en graisses polyinsaturées, comme les graines de chia et les noix, peut réduire le risque de maladies. Mais manger des aliments avec la même quantité de graisse saturée, comme la viande rouge, peut augmenter ce risque. Kimber Stanhope, chercheuse en biologie nutritionnelle (Université de Californie) auteur principale de l'étude, espère que la recherche apportera un nouvel éclairage sur les incohérences de certains conseils nutritionnels.