Damiaan Denys est professeur à l'Université d'Amsterdam et président de l'Association néerlandaise de psychiatrie. Dans sa ferme magnifiquement rénovée en Gueldre aux Pays-Bas, il met la touche finale à son nouveau livre : Het tekort van het teveel - De paradox van de geestelijke gezondheidszorg (la pénurie de l'excès - Le paradoxe des soins de santé mentale).

"Je suis fasciné par le fait que, ces dernières années, l'Occident investit de plus en plus dans les soins de santé mentale et que, en même temps, notre santé mentale se détériore de plus en plus. Comment se fait-il qu'aucun pays occidental ne soit capable d'organiser correctement ces soins? Quelque chose cloche."

Qu'est-ce qui cloche?

Nous attendons trop des psychologues, des psychiatres et de la vie elle-même. Tout le monde veut être heureux partout et toujours, se sentir bien et avoir une vie bien ordonnée et sous contrôle. La peur, la solitude ou la tristesse n'en font plus partie. Mais bien sûr, ce n'est pas possible. La souffrance fait partie de la vie. Nous devons l'accepter et ne pas courir immédiatement chez un thérapeute si les choses vont un peu moins bien. Je dirais même que la souffrance peut être une motivation énorme. Demandez aux artistes comment ils sont arrivés à quelque chose et beaucoup parleront de cette souffrance. Vincent van Gogh n'aurait jamais peint autant de chefs-d'oeuvre s'il n'avait pas autant souffert.

Aux États-Unis, une biosphère artificielle a été créée il y a quelques années pour étudier combien de temps on peut survivre isolé du monde extérieur. Les habitants devaient être autosuffisants, cultiver des arbres et des plantes. Pendant longtemps, tout s'est bien passé. Les arbres, par exemple, poussaient incroyablement bien. Mais après environ un an et demi, ils sont tous morts subitement. Par la suite, les scientifiques ont découvert que les arbres mouraient parce qu'il n'y avait pas de vent dans cette biosphère. La force d'un arbre vient apparemment du vent qui le pousse.

Et l'humain aussi a besoin de vents contraires ?

C'est l'essence de l'être humain.

Beaucoup ne seront pas d'accord : ils diront que vous minimisez leurs souffrances.

On me reproche parfois, par exemple, de ne pas prendre au sérieux les plaintes des personnes souffrant d'un burn-out. Récemment, un étudiant est venu à mon cabinet pour suivre une psychothérapie. Je travaille dans un hôpital universitaire pour patients atteints d'une maladie mentale très grave. Il semblait avoir du mal à terminer son travail de fin d'études. "Je n'y arrive pas. J'ai un burn-out." Je l'ai renvoyé chez lui. Un tel cas n'a pas besoin de psychothérapie, non ? Un étudiant doit accepter qu'il est tout simplement pénible d'écrire un bon mémoire, tout comme les gens doivent accepter que le travail soit parfois désagréable parce que le rythme ou la pression est trop élevé. Les gens ont besoin de renforcer leur résilience. Lisez un livre, faites du sport, du bénévolat, allez plus au café et moins sur Facebook.

C'est plus facilement dit que fait.

L'épuisement professionnel est un concept très vague. Les critères sont : ne pas bien dormir, être sombre et fatigué, n'avoir envie de rien, avoir mal à la tête... Ce sont des plaintes que la plupart des gens ont parfois plus ou moins. Moi non plus, je n'ai pas toujours envie. Il y a des gens qui doivent cesser de travailler parce qu'ils ont des problèmes d'attention et que cognitivement ils ne sont plus capables de travailler. Ce groupe mérite certainement notre attention. Ensuite, il faut se reposer un peu, mais le problème, c'est que les gens qui souffrent de burn-out ont beaucoup de mal à s'en remettre. L'épuisement professionnel contient une sorte de désir de continuer comme on l'a toujours fait et un refus d'accepter que les circonstances dans lesquelles on travaille ne sont pas faisables.

Selon vous, les patients demandent des médicaments trop rapidement quand ils ne se sentent pas bien.

En cas de dépression légère à modérée, 80% des troubles disparaissent spontanément en deux ans. Cela en dit long sur la suggestibilité des symptômes. Il y a un énorme effet placebo dans l'anxiété et la dépression. Cet effet va dans les deux sens : pour la guérison d'une dépression, mais aussi pour son déclenchement.

Il ne se passe pas un jour sans que l'on parle de burn-out. Pourquoi?

Le burn-out et le stress sont de nouveaux mots pour un phénomène ancien. À la fin du 19e siècle, on appelait ça neurasthénie. Le neurologue américain George Miller Beard a été le premier à utiliser ce nom en 1869 pour décrire un trouble névrotique lié au stress. Dès 1883, le neurologue allemand Wilhelm Heinrich Erb écrivait que les gens veulent trop, que leurs ambitions soient trop grandes, que le monde soit devenu trop rapide et que la technologie a un trop grand impact sur la vie. Rien de neuf sous le soleil, donc.

Vous estimez que le seuil pour les soins de santé mentale est trop bas.

Aux Pays-Bas, environ 90 000 personnes prêtent une assistance psychologique professionnelle. Et je ne compte même pas les 60 000 mentors du secteur privé. Cela représente 529 prestataires de soins pour 100 000 habitants, alors que la moyenne mondiale est de 9 sur 100 000. Aux Pays-Bas, et aussi en Belgique, nous sommes bien au-dessus de cela et pourtant on ne s'en sort pas. Je pense que l'offre importante crée la demande. 6 à 7% de la population est réellement atteinte de maladies mentales. Il s'agit d'un groupe assez constant, dans tous les pays et à tout moment. Néanmoins, environ 30% de la population fait appel à un prestataire de soins.

Prenez le TDAH. Il y a 30 ans, ce syndrome n'existait même pas. Je ne dis pas que certains enfants n'en souffrent pas, et il existe certainement des formes graves de TDAH, mais en dix ans le nombre de cas de TDAH a explosé : il est passé de 20 000 à 400 000. Cela ne s'explique pas par la maladie. Manifestement, on ne peut plus avoir d'enfants ennuyeux, occupés, arrogants, non, ils souffrent de TDAH ou d'autisme. La signification des maladies a été érodée parce que nous les utilisons comme une étiquette pour reconnaître la souffrance comme une anomalie sociale. Nous avons inventé des euphémismes très compliqués pour cela : les patients deviennent des clients. Ce n'est plus la maladie, c'est la guérison. Pas le diagnostic, mais la vulnérabilité psychologique. Ce sont tous des mots pour nous éloigner de l'étiquette à laquelle nous aspirons tant. C'est très ambivalent.

Pourquoi est-ce un problème que tant de gens aient recours aux soins de santé mentale ?

Parce que beaucoup d'argent se perd aux dépens de personnes atteintes de maladies mentales graves. Aux Pays-Bas, le budget des soins de santé mentale a doublé ces dernières années, passant de 3,5 à 7 milliards d'euros par an. Les États-Unis disposent déjà d'un budget de 200 milliards d'euros. Et l'on prévoit que ces montants ne feront qu'augmenter encore. En soi, on pourrait dire : pourquoi pas? Si une société est riche et pense qu'elle devrait traiter toute personne ayant une légère plainte psychologique ou un peu de stress, qu'elle le fasse.

Mais cet argent manque.

Malheureusement, et je constate donc que ces moyens sont investis au détriment des personnes atteintes de maladies mentales graves. Parce qu'il y a des listes d'attente. Il n'y a pas assez de personnel et pas assez d'argent pour aider tout le monde. À un certain moment, en tant que société, il faut faire un choix.

Et que choisissez-vous ?

Donner la priorité aux plus gravement malades. Pour les vrais patients, qui souffrent de psychose, de schizophrénie, de troubles coercitifs, de TDAH sévère, de troubles alimentaires, etc. À mon avis, il y a environ deux cent mille personnes aux Pays-Bas qui ont besoin d'aide tout le temps, alors qu'en Flandre, il y en a environ cent mille.

Il y a beaucoup de souffrances psychiques en Belgique et aux Pays-Bas, et pourtant ils ont tous les deux un score très élevé dans les classements de bonheur.

C'est ce que j'appelle le paradoxe de la vulnérabilité. Nous sommes tous beaucoup plus heureux et déprimés. Il y a quelque chose de très bizarre et d'incongru là-dedans. Comment pouvez-vous figurer dans le peloton de tête des pays les plus heureux du monde et en même temps avoir tant de gens déprimés et anxieux ? Je pense que c'est à cause de la relation bizarre entre richesse/niveau de vie et bonheur. Cette relation n'est pas linéaire. On pense que plus on est riche, plus on est heureux, mais ce n'est pas vrai. Regardez le Nigeria, c'est l'un des pays les plus pauvres et les plus violents du monde, mais qui compte peu de cas de maladies mentales. On est proche du cliché de l'Africain souriant, mais il y a peut-être un grain de vérité là-dedans. Peut-être devons-nous souffrir davantage pour être heureux et Nietzsche et Heidegger avaient raison de dire qu'il ne s'agit pas de bonheur, mais de malheur.

C'est bouleverser toute la société.

Effectivement. Il faut élever les enfants d'une manière complètement différente, beaucoup plus durement. Il faut les confronter à la souffrance et au malheur. Aujourd'hui, j'ai lu un article au sujet d'un Australien devenu millionnaire à 21 ans. Il explique son succès par le fait qu'il a dû vivre dans la rue comme sans-abri pendant des années et qu'il y a trouvé sa détermination. Tout le monde connaît ce genre d'histoires, mais nous ne les prenons jamais au sérieux. Nous ne voyons pas leurs conséquences sociales parce qu'elles sont tellement contre-intuitives.

Votre collègue Dirk De Wachter dit que nous devons apprendre à nous ennuyer à nouveau et que nous ne devons pas constamment chercher les poussées d'adrénaline. Nous attendons trop de la vie.

La vie n'est pas toujours fantastique et nous devons cesser de faire dépendre notre bonheur de facteurs extérieurs. J'ai le sentiment que ces facteurs doivent être de plus en plus spectaculaires. Quand j'habitais à Malines quand j'étais enfant, j'ai entendu une femme raconter qu'elle n'avait jamais vu la mer. C'était à la fin des années 70 ou au début des années 80, donc il n'y a pas si longtemps. Elle se faisait une fête d'aller à la côte. Ce n'est plus imaginable. Aujourd'hui, aller à la mer, c'est plonger parmi les requins en Australie. Nous collectionnons les expériences. C'est ainsi que beaucoup composent leur vie: comme une liste de trophées.

C'est comme si l'aigreur en Occident augmentait en proportion de la prospérité matérielle. Le Flamand ou le Néerlandais moyen semble de plus en plus insatisfait et intolérant.

Nous voulons nous organiser une vie qui réponde parfaitement à nos attentes. Tout ce qui n'entre pas dans ce cadre, qui provoque des retards, qui fait obstacle, est une invitation à une forme d'agression. C'est lié à l'énorme illusion de la malléabilité sociale de la vie.