L'hôpital universitaire mène depuis plusieurs années des recherches pour déterminer à quels patients ils sont les plus profitables, afin que leur coût élevé reste supportable pour la collectivité.

Le cancer du rein est le 10e cancer le plus fréquent en Belgique. Chaque année, quelque 1.600 nouveaux patients y sont confrontés. Si la tumeur est rapidement détectée et qu'elle n'a pas généré de métastase, un traitement chirurgical peut suffire à guérir le malade. Cependant, certains patients rechutent après l'opération et développent quand même des métastases. Par ailleurs, 30% des cancers du rein sont déjà métastatiques lorsqu'ils sont découverts. Or, les thérapies existantes pour freiner les métastases n'ont que des effets limités dans le temps.

Le premier produit présenté à Vienne est un nouveau type de cabozantinib, un inhibiteur de la tyrosine kinase. Le deuxième est une nouvelle forme d'immunothérapie par nivolumab. Des tests sur respectivement 658 et 821 patients ont montré que ces médicaments permettent de réduire les tumeurs d'environ 25%. Ils allongent également la durée de vie.

Les médecins de l'UZ Leuven ont participé aux deux études. Au vu du coût des nouveaux produits, ceux-ci mènent également des recherches pour distinguer les patients à qui ils seraient les plus bénéfiques.

L'hôpital universitaire mène depuis plusieurs années des recherches pour déterminer à quels patients ils sont les plus profitables, afin que leur coût élevé reste supportable pour la collectivité.Le cancer du rein est le 10e cancer le plus fréquent en Belgique. Chaque année, quelque 1.600 nouveaux patients y sont confrontés. Si la tumeur est rapidement détectée et qu'elle n'a pas généré de métastase, un traitement chirurgical peut suffire à guérir le malade. Cependant, certains patients rechutent après l'opération et développent quand même des métastases. Par ailleurs, 30% des cancers du rein sont déjà métastatiques lorsqu'ils sont découverts. Or, les thérapies existantes pour freiner les métastases n'ont que des effets limités dans le temps. Le premier produit présenté à Vienne est un nouveau type de cabozantinib, un inhibiteur de la tyrosine kinase. Le deuxième est une nouvelle forme d'immunothérapie par nivolumab. Des tests sur respectivement 658 et 821 patients ont montré que ces médicaments permettent de réduire les tumeurs d'environ 25%. Ils allongent également la durée de vie. Les médecins de l'UZ Leuven ont participé aux deux études. Au vu du coût des nouveaux produits, ceux-ci mènent également des recherches pour distinguer les patients à qui ils seraient les plus bénéfiques.