Les personnes qui pratiquent assidument une activité sportive le font surtout parce que cela leur fait du bien : après un effort, même très lourd, elles se sentent en pleine forme ! L'activité physique leur donne de l'énergie et de la force, affute leurs réactions, les aide à se détendre... et on peut même dire qu'elle les repose, puisqu'elle les aide ensuite à mieux dormir et les apaise. Lorsqu'elles font du sport, leur stress fond comme neige au soleil et leurs batteries internes se rechargent. L'exercice est un médicament remarquable, pour le corps comme pour l'âme.
...

Les personnes qui pratiquent assidument une activité sportive le font surtout parce que cela leur fait du bien : après un effort, même très lourd, elles se sentent en pleine forme ! L'activité physique leur donne de l'énergie et de la force, affute leurs réactions, les aide à se détendre... et on peut même dire qu'elle les repose, puisqu'elle les aide ensuite à mieux dormir et les apaise. Lorsqu'elles font du sport, leur stress fond comme neige au soleil et leurs batteries internes se rechargent. L'exercice est un médicament remarquable, pour le corps comme pour l'âme. Les personnes qui font du sport sont moins sujettes aux tendances dépressives, aux crises d'angoisse et au stress. Elles ont aussi plus d'assurance. La bonne nouvelle, c'est que même un effort limité peut déjà substantiellement améliorer l'humeur. Vous vous demandez sans doute si vous devriez vraiment aller vous promener (ou vous lancer dans toute autre activité)... et la réponse est probablement oui, car même si vous n'y allez pas vraiment de gaieté de coeur, il y a de fortes chances que vous ayez rapidement les idées plus claires. C'est particulièrement vrai si vous en profitez pour renouer avec la nature, qui a déjà un effet salutaire par sa seule présence. Un effet renforcé par l'exercice. Lorsque nous bougeons, nos muscles libèrent en effet une foule de substances dont les endorphines et d'autres molécules proches des hormones qui contribuent directement à notre bien-être et combattent l'angoisse, le stress, l'incertitude et la résignation. On assiste aussi à la production d'anti-inflammatoires, de facteurs de croissance et d'une foule d'autres substances qui stimulent les fonctions corporelles les plus diverses (l'immunité, la digestion, les liens entre les neurones du cerveau, etc.). De quoi améliorer le fonctionnement du corps et de l'esprit ! Pas étonnant que, partout dans le monde, l'activité physique fasse de plus en plus souvent partie intégrante du traitement des troubles mentaux... Ce n'est certes pas un remède miracle, mais il est dénué des effets indésirables si fréquents avec les traitements pharmacologiques. Si l'exercice apaise l'esprit, peut-il aussi nous protéger contre les émotions violentes, les crises de colère ou les moments d'angoisse ou les maîtriser ? Pour répondre à cette question, une équipe américaine de chercheurs2 a sélectionné, dans un groupe de 430 étudiants volontaires, 16 jeunes gens enclins à se mettre en colère plus rapidement que les autres. Ils ont ensuite été exposés, avant et après une bonne promenade en vélo, à des scènes agréables ou au contraire susceptibles de déclencher chez eux des réactions d'angoisse ou de colère, tout en enregistrant leur activité cérébrale. Les " cobayes " ont également complété un questionnaire sur leurs réactions émotionnelles. Les résultats mettent au jour un effet subtil qui rejoint la différence entre les émotions (qui surgissent brusquement pour disparaître tout aussi rapidement) et l'humeur (qui est un état émotionnel plus prolongé). On peut par exemple se sentir de bonne humeur toute la journée, mais être soudain saisi par un sentiment d'angoisse ou de bonheur intense suite à un événement imprévu. Dans l'étude américaine, les participants semblaient globalement plus calmes et moins agités après l'effort ; cependant, des images choquantes déclenchaient toujours chez eux des réactions violentes. Cette étude a été la première à distinguer l'effet de l'exercice physique sur l'humeur et les émotions... et elle donne à penser que le sport peut dresser une barrière protectrice contre l'irritation et l'agitation psychologique, mais pas contre les émotions plus explosives. Une séance d'entraînement peut donc rendre vraisemblablement plus zen, mais ne permet pas forcément de garder son sang-froid.