Un système d'étiquetage clair des produits ménagers a été développé en France par les experts de l'Institut national de la consommation (INC), éditeur en France du magazine de défense des consommateurs 60 Millions. Baptisé "Ménag'Score", il s'appuie sur des données scientifiques. Comme le Nutriscore pour les aliments, il décerne une note allant de A à E.
...

Un système d'étiquetage clair des produits ménagers a été développé en France par les experts de l'Institut national de la consommation (INC), éditeur en France du magazine de défense des consommateurs 60 Millions. Baptisé "Ménag'Score", il s'appuie sur des données scientifiques. Comme le Nutriscore pour les aliments, il décerne une note allant de A à E. Le score est de A quand le produit ne contient pas, ou très peu, de substances nuisibles à la santé et à l'environnement. E quand il révèle, au contraire, une grande dose de substances toxiques, à éviter au maximum. "Loin d'être un simple relevé de quelques substances parmi les plus problématiques, il repose sur un calcul de risque chimique global tenant compte des menaces de chaque ingrédient pour la santé et l'environnement. Il ne prend pas en compte les performances (l'efficacité) des produits", explique 60 Millions. Le Ménag'Score permet de la sorte de faire le tri au sein des produits d'une même marque. Plus d'une centaine de produits d'entretien ont déjà été répertoriés par 60 Millions. Parmi les produits d'une marque de distributeur donnée, un bloc WC et un type de lingettes obtiennent par exemple un score A, tandis qu'un gel WC est noté D, informe le magazine de défense des consommateurs. Le système d'évaluation révèle aussi quelques surprises concernant les produits d'entretien biologiques. Si les produits porteurs des labels Ecolabel ou Ecodétergent sont nombreux à obtenir une bonne note, certains écopent tout de même d'un score médiocre.Les produits chimiques qui font partie de notre vie quotidienne - détergents, cires, eau de javel, sprays anticalcaires, déboucheurs, peintures,... - ne sont pas sans risque rappelle le SPF Santé sur son site. De nombreux problèmes en matière d'environnement et de santé publique sont dus à la présence accrue des substances dans notre environnement. Les femmes et les hommes de ménage auraient ainsi deux fois plus de risques de contracter des cancers, des emphysèmes ou des bronchites chroniques, selon les conclusions d'une étude menée en 2017 par deux chercheurs de la VUB. L'étude met en cause les produits chimiques nettoyants, mais aussi la poussière, les vernis chimiques ou les champignons.