Une proposition de loi sera évaluée dès jeudi dans l'espoir "de procéder rapidement à des recrutements supplémentaires afin de décharger le personnel soignant", font savoir ces cosignataires, soulignant que ces travailleurs "ont été un maillon essentiel dans la lutte contre la pandémie" de Covid-19.

Cette proposition de loi, dégagée après la relance du groupe de travail sur le Fonds Blouses blanches et "un long travail de concertation" avec les partenaires sociaux, est portée par Marc Goblet et Jan Bertels.

Il était urgent d'avancer pour concrétiser le Fonds Blouses Blanches afin d'engager plus de bras au chevet du patient"

Elle est cosignée par les députés de 10 partis (PS, sp.a, Ecolo, Groen, MR, Open VLD, CD&V, CdH, PTB et N-VA), informe jeudi soir un communiqué des groupes PS et sp.a à la Chambre.

En novembre 2019, ce groupe de travail avait permis d'adopter une première proposition de loi de Jan Bertels pour libérer 67 millions d'euros afin de créer des emplois supplémentaires dans le secteur du personnel soignant La crise sanitaire du Covid-19 a mis en évidence qu'il "fallait se mettre au chevet des blouses blanches", signalent les deux députés socialistes.

La proposition de loi qui sera prise en considération jeudi prévoit donc de pérenniser le fonds du même nom, avec 402 millions d'euros par an consacrés à l'amélioration de la formation et l'engagement de personnel soignant. De cette manne, 354 millions d'euros sont affectés au renforcement de l'emploi du personnel soignant salarié - dont 320 millions pour recruter du personnel salarié à domicile ou à l'hôpital et 35 millions pour renforcer la formation et mettre en place des projets de tutorat. A ceci, s'ajoutent 48 millions d'euros pour améliorer l'emploi du personnel soignant indépendant. Les emplois créés le seront "dans le respect de la concertation sociale qui fixera la priorité afin d'alléger la charge de travail des soignants et d'améliorer les soins aux patients", insiste le communiqué.

Marc Goblet (PS) et Jan Bertels (sp.a) déplorent en effet que le secteur est surchargé en Belgique, avec en moyenne 9,4 patients par infirmier alors que la norme de sécurité internationalement acceptée est de 8 patients par infirmier maximum. "Les conditions de travail du personnel de santé sont devenues de plus en plus difficiles, les patients sont de plus en plus nombreux, les soins complexes, la cadence infernale et la flexibilité toujours plus grande avec une augmentation de la pression au travail, et des fuites vers d'autres métiers. Il était urgent d'avancer pour concrétiser le Fonds Blouses Blanches afin d'engager plus de bras au chevet du patient", saluent-ils.

Une proposition de loi sera évaluée dès jeudi dans l'espoir "de procéder rapidement à des recrutements supplémentaires afin de décharger le personnel soignant", font savoir ces cosignataires, soulignant que ces travailleurs "ont été un maillon essentiel dans la lutte contre la pandémie" de Covid-19.Cette proposition de loi, dégagée après la relance du groupe de travail sur le Fonds Blouses blanches et "un long travail de concertation" avec les partenaires sociaux, est portée par Marc Goblet et Jan Bertels. Elle est cosignée par les députés de 10 partis (PS, sp.a, Ecolo, Groen, MR, Open VLD, CD&V, CdH, PTB et N-VA), informe jeudi soir un communiqué des groupes PS et sp.a à la Chambre. En novembre 2019, ce groupe de travail avait permis d'adopter une première proposition de loi de Jan Bertels pour libérer 67 millions d'euros afin de créer des emplois supplémentaires dans le secteur du personnel soignant La crise sanitaire du Covid-19 a mis en évidence qu'il "fallait se mettre au chevet des blouses blanches", signalent les deux députés socialistes. La proposition de loi qui sera prise en considération jeudi prévoit donc de pérenniser le fonds du même nom, avec 402 millions d'euros par an consacrés à l'amélioration de la formation et l'engagement de personnel soignant. De cette manne, 354 millions d'euros sont affectés au renforcement de l'emploi du personnel soignant salarié - dont 320 millions pour recruter du personnel salarié à domicile ou à l'hôpital et 35 millions pour renforcer la formation et mettre en place des projets de tutorat. A ceci, s'ajoutent 48 millions d'euros pour améliorer l'emploi du personnel soignant indépendant. Les emplois créés le seront "dans le respect de la concertation sociale qui fixera la priorité afin d'alléger la charge de travail des soignants et d'améliorer les soins aux patients", insiste le communiqué. Marc Goblet (PS) et Jan Bertels (sp.a) déplorent en effet que le secteur est surchargé en Belgique, avec en moyenne 9,4 patients par infirmier alors que la norme de sécurité internationalement acceptée est de 8 patients par infirmier maximum. "Les conditions de travail du personnel de santé sont devenues de plus en plus difficiles, les patients sont de plus en plus nombreux, les soins complexes, la cadence infernale et la flexibilité toujours plus grande avec une augmentation de la pression au travail, et des fuites vers d'autres métiers. Il était urgent d'avancer pour concrétiser le Fonds Blouses Blanches afin d'engager plus de bras au chevet du patient", saluent-ils.