"Il s'agit de l'aide la plus importante dans l'histoire du Liban et de l'armée libanaise", a-t-il précisé dans une allocution diffusée sur les télévisions libanaises. "Le roi saoudien a décidé d'octroyer une importante aide au Liban d'une valeur de trois milliards de dollars alloués à l'armée libanaise pour renforcer ses capacités", a indiqué M. Sleimane. "Les armes seront achetées de l'Etat français dans les plus brefs délais vu les relations historiques qui le lient au Liban et à l'étroite coopération militaire entre les deux pays", a poursuivi le chef de l'Etat. Selon lui, cette aide "fera l'objet de discussions entre le roi saoudien Abdallah et le président français François Hollande", actuellement en visite officielle à Ryad. Le président n'a pas précisé quel type d'armes seront achetés de Paris. Cette aide "permettra à l'armée de mener à bien sa mission", a-t-il dit alors que l'institution militaire fait face à plusieurs défis sur le plan de la sécurité. Outre la mission de défense, l'armée au Liban est également en charge du maintien de l'ordre aux côtés de la police et a dû intervenir lors des violences sectaires à travers le pays. Elle est faiblement équipée en armement modernes et ne dispose que de transports de troupe américains, des chars soviétiques et des canons mais pas d'hélicoptères de combat. (Belga)

"Il s'agit de l'aide la plus importante dans l'histoire du Liban et de l'armée libanaise", a-t-il précisé dans une allocution diffusée sur les télévisions libanaises. "Le roi saoudien a décidé d'octroyer une importante aide au Liban d'une valeur de trois milliards de dollars alloués à l'armée libanaise pour renforcer ses capacités", a indiqué M. Sleimane. "Les armes seront achetées de l'Etat français dans les plus brefs délais vu les relations historiques qui le lient au Liban et à l'étroite coopération militaire entre les deux pays", a poursuivi le chef de l'Etat. Selon lui, cette aide "fera l'objet de discussions entre le roi saoudien Abdallah et le président français François Hollande", actuellement en visite officielle à Ryad. Le président n'a pas précisé quel type d'armes seront achetés de Paris. Cette aide "permettra à l'armée de mener à bien sa mission", a-t-il dit alors que l'institution militaire fait face à plusieurs défis sur le plan de la sécurité. Outre la mission de défense, l'armée au Liban est également en charge du maintien de l'ordre aux côtés de la police et a dû intervenir lors des violences sectaires à travers le pays. Elle est faiblement équipée en armement modernes et ne dispose que de transports de troupe américains, des chars soviétiques et des canons mais pas d'hélicoptères de combat. (Belga)