Selon ce comité, principal organe en charge des investigations criminelles en Russie, les suspects ont notamment omis de faire un appel d'offres pour ces bracelets électroniques. Les fonctionnaires ont attribué le contrat à la société Tsitos dépendant du service d'application des peines (FSIN), indique le comité d'enquête dans un communiqué. "La valeur réelle des équipements achetés a été dépassée de 1,65 milliard de roubles", soit environ 41 millions d'euros, indique le comité. Il précise que moins de 10.000 bracelets étaient utilisés sur près de 24.000 facturés. En décembre, deux responsables du département de sécurité économique du FSIN avaient été arrêtés pour avoir tenté de faire chanter le PDG de Tsitos, après avoir découvert que cette société publique "surévaluait sans raison" les prix des bracelets électroniques. La corruption est un mal endémique en Russie qui gangrène l'appareil d'Etat à tous ses échelons, l'armée et la police. (PVO)

Selon ce comité, principal organe en charge des investigations criminelles en Russie, les suspects ont notamment omis de faire un appel d'offres pour ces bracelets électroniques. Les fonctionnaires ont attribué le contrat à la société Tsitos dépendant du service d'application des peines (FSIN), indique le comité d'enquête dans un communiqué. "La valeur réelle des équipements achetés a été dépassée de 1,65 milliard de roubles", soit environ 41 millions d'euros, indique le comité. Il précise que moins de 10.000 bracelets étaient utilisés sur près de 24.000 facturés. En décembre, deux responsables du département de sécurité économique du FSIN avaient été arrêtés pour avoir tenté de faire chanter le PDG de Tsitos, après avoir découvert que cette société publique "surévaluait sans raison" les prix des bracelets électroniques. La corruption est un mal endémique en Russie qui gangrène l'appareil d'Etat à tous ses échelons, l'armée et la police. (PVO)