Interrogé par Belga à quelques heures de sa dernière allocution en tant que ministre-président de la Région bruxelloise dans le cadre de la Fête de l'Iris, Charles Picqué n'a pas caché sa satisfaction d'avoir pu faire fonctionner avec d'autres "cette Région bruxelloise très complexe, lieu de rencontre de beaucoup de niveaux de pouvoir, gérée par une majorité politique composée de nombreux partis, dotée de moyens financiers limités" et donner corps à la rénovation urbaine, la remise en ordre de l'aménagement du territoire, ainsi qu'à des politiques sociales et économiques. Pour le ministre-président sortant, cette Région a contribué à renforcer l'identité bruxelloise dans le climat d'incertitude institutionnel ambiant. Face au défi de la multiculturalité, Charles Picqué a réitéré son credo dans la nécessite d'encourager la mixité culturelle et surtout sociale pour lutter contre le repli social "qui pousse au repli sur sa communauté". Charles Picqué a par ailleurs estimé que la sociale-démocratie restait le modèle de référence pour le développement de Bruxelles au 21ème siècle "car elle est capable de faire, sans dogmatisme, la synthèse des choses qui rendent possible la réussite d'un projet de ville, partant du principe pragmatique qu'il n'y a pas de vitalité économique sans justice sociale". Au delà de la vie politique, le ténor bruxellois du PS espère trouver du temps pour l'écriture et pour l'un ou l'autre voyage. (Belga)

Interrogé par Belga à quelques heures de sa dernière allocution en tant que ministre-président de la Région bruxelloise dans le cadre de la Fête de l'Iris, Charles Picqué n'a pas caché sa satisfaction d'avoir pu faire fonctionner avec d'autres "cette Région bruxelloise très complexe, lieu de rencontre de beaucoup de niveaux de pouvoir, gérée par une majorité politique composée de nombreux partis, dotée de moyens financiers limités" et donner corps à la rénovation urbaine, la remise en ordre de l'aménagement du territoire, ainsi qu'à des politiques sociales et économiques. Pour le ministre-président sortant, cette Région a contribué à renforcer l'identité bruxelloise dans le climat d'incertitude institutionnel ambiant. Face au défi de la multiculturalité, Charles Picqué a réitéré son credo dans la nécessite d'encourager la mixité culturelle et surtout sociale pour lutter contre le repli social "qui pousse au repli sur sa communauté". Charles Picqué a par ailleurs estimé que la sociale-démocratie restait le modèle de référence pour le développement de Bruxelles au 21ème siècle "car elle est capable de faire, sans dogmatisme, la synthèse des choses qui rendent possible la réussite d'un projet de ville, partant du principe pragmatique qu'il n'y a pas de vitalité économique sans justice sociale". Au delà de la vie politique, le ténor bruxellois du PS espère trouver du temps pour l'écriture et pour l'un ou l'autre voyage. (Belga)