"C'est une agression larvée", a-t-il affirmé lors de l'émission Matin Première de la RTBF-radio dont il était l'invité au second jour d'une visite officielle en Belgique, en évoquant deux rapports d'un groupe d'experts des Nations Unies. Le premier de ces rapports, datant du mois de juin, mentionne clairement un "appui militaire" dont bénéficie le M23 de la part du Rwanda, a souligné M. Matata. Le second, non encore publié, mais qui a fait l'objet de fuites, indique que le M23 "continue à bénéficier des appuis des personnes qui ont été nommément citées et qui occupent des fonctions officielles" au Rwanda, a ajouté le chef du gouvernement congolais. Ce second rapport de l'ONU, dont la presse a publié des extraits, conclut que les gouvernements rwandais et ougandais continuent de soutenir militairement et politiquement le M23, allant même jusqu'à affirmer que la rebellion est commandée "de facto" par le ministre rwandais de la Défense, le général James Kabarabe. (MAJ)

"C'est une agression larvée", a-t-il affirmé lors de l'émission Matin Première de la RTBF-radio dont il était l'invité au second jour d'une visite officielle en Belgique, en évoquant deux rapports d'un groupe d'experts des Nations Unies. Le premier de ces rapports, datant du mois de juin, mentionne clairement un "appui militaire" dont bénéficie le M23 de la part du Rwanda, a souligné M. Matata. Le second, non encore publié, mais qui a fait l'objet de fuites, indique que le M23 "continue à bénéficier des appuis des personnes qui ont été nommément citées et qui occupent des fonctions officielles" au Rwanda, a ajouté le chef du gouvernement congolais. Ce second rapport de l'ONU, dont la presse a publié des extraits, conclut que les gouvernements rwandais et ougandais continuent de soutenir militairement et politiquement le M23, allant même jusqu'à affirmer que la rebellion est commandée "de facto" par le ministre rwandais de la Défense, le général James Kabarabe. (MAJ)