"Des hélicoptères sud-africains de la brigade d'intervention de l'ONU ont été demandés par les FARDC (armée régulière) pour les appuyer et les aider à reconquérir Kamango. Ils ont tiré cet après-midi", a expliqué cet officier supérieur. Kamango avait été prise mercredi matin par des rebelles ougandais présumés, les Forces alliées démocratiques-Armée nationale pour la libération de l'Ouganda (ADF-Nalu). L'armée régulière (FARDC), qui avait fait appel à la brigade de la Monusco, affirme avoir repris depuis la localité. "On a déjà repris Kamango (...) en fin d'après-midi", a déclaré le lieutenant-colonel Olivier Amuli, porte-parole de l'armée dans la province instable du Nord-Kivu, où plusieurs dizaines de groupes armés locaux et étrangers sont actifs Un officier supérieur de la Monusco, ainsi que Teddy Kataliko, président de la société civile du territoire de Beni, où se trouve Kamango, n'ont pu confirmer la reprise de cette localité par l'armée. La société civile accuse les Forces alliées démocratiques-Armée nationale pour la libération de l'Ouganda (ADF-Nalu) d'avoir mené cette attaque en collaboration avec l'armée ougandaise. L'ADF-Nalu sévit dans le nord de la province du Nord-Kivu. Aujourd'hui uniquement composée d'islamistes, elle est dirigée depuis 2007 par Jamil Mukulu, un chrétien converti à l'islam. Les États-Unis l'ont placée sur leur liste d'organisations terroristes dès 2001 et Jamil Mukulu est visé par des sanctions de l'ONU depuis 2011, et de l'Union européenne depuis 2012. (Belga)

"Des hélicoptères sud-africains de la brigade d'intervention de l'ONU ont été demandés par les FARDC (armée régulière) pour les appuyer et les aider à reconquérir Kamango. Ils ont tiré cet après-midi", a expliqué cet officier supérieur. Kamango avait été prise mercredi matin par des rebelles ougandais présumés, les Forces alliées démocratiques-Armée nationale pour la libération de l'Ouganda (ADF-Nalu). L'armée régulière (FARDC), qui avait fait appel à la brigade de la Monusco, affirme avoir repris depuis la localité. "On a déjà repris Kamango (...) en fin d'après-midi", a déclaré le lieutenant-colonel Olivier Amuli, porte-parole de l'armée dans la province instable du Nord-Kivu, où plusieurs dizaines de groupes armés locaux et étrangers sont actifs Un officier supérieur de la Monusco, ainsi que Teddy Kataliko, président de la société civile du territoire de Beni, où se trouve Kamango, n'ont pu confirmer la reprise de cette localité par l'armée. La société civile accuse les Forces alliées démocratiques-Armée nationale pour la libération de l'Ouganda (ADF-Nalu) d'avoir mené cette attaque en collaboration avec l'armée ougandaise. L'ADF-Nalu sévit dans le nord de la province du Nord-Kivu. Aujourd'hui uniquement composée d'islamistes, elle est dirigée depuis 2007 par Jamil Mukulu, un chrétien converti à l'islam. Les États-Unis l'ont placée sur leur liste d'organisations terroristes dès 2001 et Jamil Mukulu est visé par des sanctions de l'ONU depuis 2011, et de l'Union européenne depuis 2012. (Belga)