"Un véhicule plein d'hommes armés non identifiés est arrivé et ils se sont mis à tirer directement vers l'aéroport. Des soldats de la force aérienne ont alors commencé à répliquer", a ajouté la source sans pouvoir préciser notamment le nombre d'assaillants. Lundi, après une prise d'otages à la télévision publique, des tirs avaient retenti à l'aéroport international de Njili, à une dizaine de kilomètres de celui de Ndolo, et à l'état-major général dans le cadre d'une série d'attaques qualifiée par le gouvernement d'"offensive terroriste". Peu après, des tirs avaient notamment retenti à Lubumbashi, deuxième ville du pays et capitale de la province minière du Katanga (sud-est). Des attaques ont aussi été signalées à l'aéroport de Kindu, capitale de la province diamantifère du Maniema, dans l'est. De nombreux assaillants à Kinshasa se sont réclamés du pasteur Joseph Mukungubila Mutombo, qui se surnomme "prophète de l'Eternel" et a été candidat à la présidentielle de 2006 remportée par Joseph Kabila. Le gouvernement congolais a donné un bilan définitif de 103 morts, dont 95 assaillants et 8 militaires. Après les attaques, les autorités avaient annoncé des patrouilles mixtes police-armée pour protéger les lieux stratégiques et rassurer la population. (Belga)

"Un véhicule plein d'hommes armés non identifiés est arrivé et ils se sont mis à tirer directement vers l'aéroport. Des soldats de la force aérienne ont alors commencé à répliquer", a ajouté la source sans pouvoir préciser notamment le nombre d'assaillants. Lundi, après une prise d'otages à la télévision publique, des tirs avaient retenti à l'aéroport international de Njili, à une dizaine de kilomètres de celui de Ndolo, et à l'état-major général dans le cadre d'une série d'attaques qualifiée par le gouvernement d'"offensive terroriste". Peu après, des tirs avaient notamment retenti à Lubumbashi, deuxième ville du pays et capitale de la province minière du Katanga (sud-est). Des attaques ont aussi été signalées à l'aéroport de Kindu, capitale de la province diamantifère du Maniema, dans l'est. De nombreux assaillants à Kinshasa se sont réclamés du pasteur Joseph Mukungubila Mutombo, qui se surnomme "prophète de l'Eternel" et a été candidat à la présidentielle de 2006 remportée par Joseph Kabila. Le gouvernement congolais a donné un bilan définitif de 103 morts, dont 95 assaillants et 8 militaires. Après les attaques, les autorités avaient annoncé des patrouilles mixtes police-armée pour protéger les lieux stratégiques et rassurer la population. (Belga)