L'attaque s'est produite près d'un barrage érigé par des militants pro-russes dans le village de Bilbasivka, à quelques kilomètres à l'ouest de Slaviansk, ville totalement contrôlée par les pro-russes, a déclaré ce responsable local, Viatcheslav Ponomarev. A Slaviansk, la mairie, la police et le siège local des services secrets sont passés sous le contrôle de militants pro-russes. Ces militants locaux sont épaulés par des hommes armés présentés comme des groupes d'autodéfense, mais que Kiev et les Occidentaux accusent d'être des troupes d'élite des services spéciaux de l'armée russe. Le gouvernement pro-européen à Kiev a lancé la semaine dernière une opération destinée à désarmer les militants pro-russes et à libérer les bâtiments qu'ils occupent. Il s'agit des premiers morts en Ukraine dans des affrontements entre forces loyales à Kiev et militants pro-russes depuis l'attaque jeudi dernier d'une caserne militaire ukrainienne par des inconnus à Marioupol (sud). (Belga)

L'attaque s'est produite près d'un barrage érigé par des militants pro-russes dans le village de Bilbasivka, à quelques kilomètres à l'ouest de Slaviansk, ville totalement contrôlée par les pro-russes, a déclaré ce responsable local, Viatcheslav Ponomarev. A Slaviansk, la mairie, la police et le siège local des services secrets sont passés sous le contrôle de militants pro-russes. Ces militants locaux sont épaulés par des hommes armés présentés comme des groupes d'autodéfense, mais que Kiev et les Occidentaux accusent d'être des troupes d'élite des services spéciaux de l'armée russe. Le gouvernement pro-européen à Kiev a lancé la semaine dernière une opération destinée à désarmer les militants pro-russes et à libérer les bâtiments qu'ils occupent. Il s'agit des premiers morts en Ukraine dans des affrontements entre forces loyales à Kiev et militants pro-russes depuis l'attaque jeudi dernier d'une caserne militaire ukrainienne par des inconnus à Marioupol (sud). (Belga)