"Nous avons affaire à des pointures" du grand banditisme, déjà bien connues de la police belge, a souligné M. Senthille. Agés de 30 à 40 ans, ils sont soupçonnés d'avoir préparé une attaque de fourgon ou de centre-fort de transport de fonds, comme le laisse à penser le matériel saisi dans l'entrepôt: armes de guerre, fusils d'assaut, armes de poing, explosifs capables de briser des portes blindées, et détonateurs, a précisé Philippe Veroni, commissaire divisionnaire à la sous-direction de lutte contre le crime organisé. Plusieurs véhicules volés, dont certains de grosses cylindrées, ont également été saisis. Au moins deux des suspects interpellés ont déjà été impliqués par le passé dans des attaques de transport blindé. Les hommes interpellés n'ont rien reconnu lors de leur garde à vue, selon une source proche de l'enquête. Les policiers français ont été mis sur leur piste par un signalement de leurs collègues belges, qui les surveillaient depuis plusieurs semaines. Deux des hommes interpellés samedi ont été présentés lundi à un juge en vue d'une inculpation pour association de malfaiteurs en vue de commettre des vols et détention d'armes notamment. Deux autres doivent être présentés mardi à un juge d'instruction strasbourgeois. (Belga)