Deux femmes et deux hommes font, selon le quotidien, l'objet d'une instruction judiciaire du chef de corruption passive. Il leur serait notamment reproché d'avoir fait rentrer des téléphones portables et des stupéfiants dans l'enceinte de la prison de Nivelles. L'un des agents aurait également entretenu une relation amoureuse avec un ex-détenu, ce qu'interdit le réglement de l'administration pénitentiaire. "Je confirme que quatre agents sont administrativement interdits d'entrée à la prison de Nivelles, ce qui ne signifie en rien une quelconque culpabilité", précise un secrétaire fédéral de la CGSP-AMiO. (Belga)

Deux femmes et deux hommes font, selon le quotidien, l'objet d'une instruction judiciaire du chef de corruption passive. Il leur serait notamment reproché d'avoir fait rentrer des téléphones portables et des stupéfiants dans l'enceinte de la prison de Nivelles. L'un des agents aurait également entretenu une relation amoureuse avec un ex-détenu, ce qu'interdit le réglement de l'administration pénitentiaire. "Je confirme que quatre agents sont administrativement interdits d'entrée à la prison de Nivelles, ce qui ne signifie en rien une quelconque culpabilité", précise un secrétaire fédéral de la CGSP-AMiO. (Belga)