"La Corée du Nord n'a pas encore donné la permission, comme elle le fait quotidiennement, aux 484 Sud-Coréens d'entrer à Kaesong aujourd'hui", a indiqué à l'AFP une porte-parole du ministère sud-coréen de l'Unification. La zone industrielle implantée à 10 km à l'intérieur de la Corée du Nord a été inaugurée en 2004 dans une volonté symbolique d'établir une coopération entre les deux Corées. Le franchissement de la frontière par les Sud-Coréens a lieu normalement à 08H30 (23H30 GMT), mais les responsables nord-coréens n'ont pas encore donné leur feu vert, depuis près d'une heure, a ajouté la porte-parole. Ce retard suscite la crainte que le Nord mette à exécution sa menace de fermer le parc industriel intercoréen, où sont investis des fonds sud-coréens, et qui jusqu'à présent, n'avait jamais cessé de fonctionner pendant les précédentes crises dans la péninsule. Le passage de la frontière pour aller à Kaesong a fonctionné normalement ces dernières semaines malgré les tensions croissantes entre le Nord et le Sud. La stabilité d'exploitation du complexe est considérée comme un baromètre des relations intercoréennes et sa fermeture marquerait une nette escalade des tensions. ((OCH))

"La Corée du Nord n'a pas encore donné la permission, comme elle le fait quotidiennement, aux 484 Sud-Coréens d'entrer à Kaesong aujourd'hui", a indiqué à l'AFP une porte-parole du ministère sud-coréen de l'Unification. La zone industrielle implantée à 10 km à l'intérieur de la Corée du Nord a été inaugurée en 2004 dans une volonté symbolique d'établir une coopération entre les deux Corées. Le franchissement de la frontière par les Sud-Coréens a lieu normalement à 08H30 (23H30 GMT), mais les responsables nord-coréens n'ont pas encore donné leur feu vert, depuis près d'une heure, a ajouté la porte-parole. Ce retard suscite la crainte que le Nord mette à exécution sa menace de fermer le parc industriel intercoréen, où sont investis des fonds sud-coréens, et qui jusqu'à présent, n'avait jamais cessé de fonctionner pendant les précédentes crises dans la péninsule. Le passage de la frontière pour aller à Kaesong a fonctionné normalement ces dernières semaines malgré les tensions croissantes entre le Nord et le Sud. La stabilité d'exploitation du complexe est considérée comme un baromètre des relations intercoréennes et sa fermeture marquerait une nette escalade des tensions. ((OCH))