La procédure leur permettrait de réclamer ensemble des dommages et intérêts devant les tribunaux du pays où ces personnes résident. En l'absence d'un tel régime, l'association autrichienne de consommateurs (VKI), qui représente 73 victimes autrichiennes, a dû intenter une action en dommages et intérêts devant les tribunaux français, une procédure complexe et onéreuse. "Depuis longtemps, il est clair que les consommateurs européens doivent être mieux protégés dans de tels litiges de masse", juge Monique Goyens, directeur général du BEUC. "Ces produits sont vendus partout en Europe et les victimes sont issues de tous les pays européens. Toutefois, seuls quelques unes ont accès à des mécanismes efficaces de recours". "La Commission européenne reste indécise quant à l'introduction d'un système de recours collectif pour les consommateurs et les victimes de telles pratiques abusives. Dans le contexte des récents scandales, l'hésitation continue de la Commission européenne n'est simplement pas justifiable". (Belga)

La procédure leur permettrait de réclamer ensemble des dommages et intérêts devant les tribunaux du pays où ces personnes résident. En l'absence d'un tel régime, l'association autrichienne de consommateurs (VKI), qui représente 73 victimes autrichiennes, a dû intenter une action en dommages et intérêts devant les tribunaux français, une procédure complexe et onéreuse. "Depuis longtemps, il est clair que les consommateurs européens doivent être mieux protégés dans de tels litiges de masse", juge Monique Goyens, directeur général du BEUC. "Ces produits sont vendus partout en Europe et les victimes sont issues de tous les pays européens. Toutefois, seuls quelques unes ont accès à des mécanismes efficaces de recours". "La Commission européenne reste indécise quant à l'introduction d'un système de recours collectif pour les consommateurs et les victimes de telles pratiques abusives. Dans le contexte des récents scandales, l'hésitation continue de la Commission européenne n'est simplement pas justifiable". (Belga)