Ces travaux, menés par l'université chinoise de Zhejiang, sont publiés dans la revue Scientific Reports. Ce n'est pas la première fois que l'interface cerveau- cerveau est utilisée pour provoquer des mouvements chez d'autres êtres vivants. Par exemple, faire remuer la queue de rats (université de Harvard) ou contrôler les mains d'un collègue humain (université de Washington). Mais c'est la première fois qu'une tâche aussi complexe que la navigation de rats dans un labyrinthe est réalisée en connectant leur cerveau à celui d'un humai...