Issu de la recherche universitaire au Japon, Poimo (pour Portable and Inflatable Mobility) tient à la fois de la trottinette et du scooter électrique, dans une déclinaison ultralégère, compacte et... gonflable. L'engin se monte en moins de deux minutes, soit bien plus vite qu'un vélo pliable, et vise lui aussi à faciliter la mobilité en ville, par exemple à la sortie d'un train ou d'un bus.
...

Issu de la recherche universitaire au Japon, Poimo (pour Portable and Inflatable Mobility) tient à la fois de la trottinette et du scooter électrique, dans une déclinaison ultralégère, compacte et... gonflable. L'engin se monte en moins de deux minutes, soit bien plus vite qu'un vélo pliable, et vise lui aussi à faciliter la mobilité en ville, par exemple à la sortie d'un train ou d'un bus. De quoi rencontrer un des enjeux majeurs des déplacements urbains, celui des "premier et dernier kilomètres", soit le début et la fin d'un voyage individuel effectué principalement via les transports en commun. Souvent, aux deux extrémités du parcours, l'origine ou la destination est difficilement accessible à pied. D'où le développement, ces dernières années, d'engins mobiles facilement maniables, censés résoudre le problème. Mais où les mettre et comment les trimbaler quand on ne les utilise pas? En cherchant à répondre pratiquement à ces questions, des scientifiques de l'université de Tokyo ont développé un prototype de véhicule gonflable qui peut être stocké de façon compacte une fois dégonflé et replié.Poimo pèse à peine 5,5 kilos et se glisse dans un sac à dos. Outre un "corps mou", il est composé de parties détachables et rigides: un guidon, quatre roues et un moteur électrique alimenté par une batterie placée sous le véhicule. Une fois déplié, il se gonflerait en 71 secondes, top chrono. Bien sûr, cela ne se fait pas tout seul, il faut utiliser une pompe, à emporter également avec soi. Mais la pression requise est minime: la moitié de celle d'un ballon de football. "Nous envisageons la mobilité douce comme un nouveau type de mobilité personnelle faite de matériaux souples, légers et gonflables. Ces caractéristiques rendent plus sûres les interactions entre l'utilisateur, les piétons et les autres conducteurs", explique Hiroki Sato, chercheur au Département des machines intelligentes et des sciences de l'information de l'université de Tokyo. Le recours à un système d'alimentation sans fil et sans pile, poursuit-il, a permis d'atteindre ce poids plume des 5,5 kilos, qui pourrait encore être revu à la baisse dans le futur. Malgré cela, Poimo serait capable de supporter un passager de 80 kilos. Des tests de charge l'ont attesté. En revanche, aucune info ne filtre sur la vitesse atteinte et l'autonomie de l'engin.Fabriqué en polyuréthane thermoplastique, le véhicule est en outre personnalisable, notamment en fonction du gabarit de son utilisateur. Les responsables du projet ont même inventé un divan mobile et une chaise roulante portative. "Grâce à un logiciel développé par notre équipe, pas besoin d'être un expert pour concevoir facilement un véhicule pour la mobilité personnelle qui convienne tant au physique qu'au style de conduite de chaque utilisateur", confirme Ryoma Niiyama, maître de conférences à l'université de Tokyo. "Cette capacité de pouvoir fabriquer un engin sur mesure contribue à la concrétisation d'une société inclusive où chacun pourra se déplacer comme il lui convient le mieux."