Avec ses 2 mm d'épaisseur, il est un peu plus gros que les pansements classiques. En dessous de la couche de tissu respirant, on trouve un fin film contenant des molécules antimicrobiennes et une puce électronique. Juste avant de poser le pansement sur une plaie, il faut activer la puce électronique à l'aide d'un bouton-poussoir. Elle se connecte alors, en Bluetooth à basse consommation, à l'application dédiée et installée sur un smartphone, afin d'échanger des données. Un algorithme va en effet étudier en temps réel l...