Un centre de plus petite taille avait déjà été ouvert en 2014 sur le territoire temploutois, avant de devoir mettre son activité en veille. Mais cette fois, le CREAVES de Namur a bien l'intention de s'établir pour de bon. Pour ce faire, il a notamment pu compter sur le soutien de la Ville de Namur, qui a mis un terrain à sa disposition. La Région Wallonne apporte également une aide financière à l'ASBL en lui remboursant 70% des soins, mais uniquement dans le cas où l'animal est sauvé et relâché vivant.

"Avec cela, nous avons une base mais ce sont surtout le dons qui nous permettent de faire vivre le centre", a expliqué son président, Thierry Cambier. "L'aide de la population est donc essentielle, sachant qu'il nous faut une dizaine de milliers d'euros par an pour pouvoir prendre en charge 600 à 1.000 animaux". Afin d'assurer le fonctionnement du CREAVES de Namur, ce sont aussi une quarantaine de bénévoles qui se mobilisent chaque jour. Parmi les animaux accueillis, on trouve notamment des oiseaux, mais également des hérissons ou encore des renards. Des reptiles sont aussi soignés occasionnellement. "D'une manière générale, on arrive à en sauver environ 50 à 60 pour-cents de nos pensionnaires", a encore souligné Mr. Cambier. Tout personne qui trouve un animal sauvage en difficulté peut faire appel au centre au 0477 70 98 03. Les informations pour faire un don se trouvent par ailleurs sur son site, www.creaves-namur.be.