Un job. Un vrai, décroché sur le marché ordinaire de l'emploi. A 28 ans, le rêve de Frederik Wauterickx devient réalité. Le voilà engagé, un CDI en poche et avec un vrai salaire qui n'a plus rien à voir avec une allocation. Ce qui peut paraître on ne peut plus banal ne l'est pas du tout. La Flandre enregistre sa première embauche officiellement connue d'une personne atteinte du syndrome de Down ou trisomie 21. Cett...

Un job. Un vrai, décroché sur le marché ordinaire de l'emploi. A 28 ans, le rêve de Frederik Wauterickx devient réalité. Le voilà engagé, un CDI en poche et avec un vrai salaire qui n'a plus rien à voir avec une allocation. Ce qui peut paraître on ne peut plus banal ne l'est pas du tout. La Flandre enregistre sa première embauche officiellement connue d'une personne atteinte du syndrome de Down ou trisomie 21. Cette anomalie chromosomique, source de déficience intellectuelle plus ou moins importante, est jusqu'ici synonyme d'accès à l'emploi en milieu ordinaire très marginal, en dépit des quotas fixés dans les entreprises publiques. Ne reste alors que la filière des entreprises de travail adapté qui agissent comme sous-traitants. C'est donc par la grande porte que Frederik, qui est atteint de cet handicap cognitif, fait son entrée sur le marché flamand du travail. Cet Anversois bosse déjà comme employé administratif au sein de l'asbl Creatief Schrijven, une antenne tournée vers les amoureux de l'écriture. A raison de trois jours de boulot par semaine, de 9 à 17 heures, Frederik peut y assouvir sa passion pour l'écriture et oeuvre d'ailleurs à la rédaction d'un thriller politique. Son employeur, qui dit ne plus pouvoir s'en passer, vient de lui offrir un CDI. Frederik est à ce titre un cas unique en Flandre mais "espère ouvrir ainsi la porte à d'autres personnes dans [sa] situation". C'est aussi le voeu d'Hilde Crevits (CD&V), ministre régionale de l'Emploi, qui s'attelle à un décret relatif au travail individuel sur mesure. Outre la prime salariale déjà prévue pour un patron qui embaucherait une personne avec un handicap, un budget sera accordé pour le soutien et l'accompagnement sur le lieu de travail. L'asbl Creatif Schrijven et le Grip (Gelijke rechten voor iedere persoon met een handicap) appellent les employeurs à recruter à leur tour des gens qu'un handicap tient à distance du marché du travail et à contribuer de la sorte à "une société plus inclusive".