C'est littéralement l'arbre qui cache la forêt. Un banc, un mur ou un poteau, capables de libérer autant d'oxygène que plusieurs centaines d'arbres. Ce n'est pas de la science-fiction. L'essor des biotechnologies permet aujourd'hui d'envisager une solution innovante pour purifier l'air des villes, où chaque espace est compté : les arbres artificiels. La technologie reste encore peu abordable et perfectible, mais elle est opérationnelle. De Mexico à Hong Kong en passant par Londres et Berlin, plusieurs dizaines de grandes villes ont déjà acquis une ou plusieurs de ces unités, dont les locations ou les ventes sont en forte croissance depuis ces deux dernières années. Il ne s'agit pas d'un remède miracle, mais bien d'un appoint précieux pour améliorer la qualité de l'air dans des zones problématiques. L'enjeu est environnemental, mais aussi sanitaire : la pollution serait responsable de près de 800 000 morts par an en Europe et de 8,8 millions dans le monde, d'après une étude publiée en mars dernier dans le European Heart Journal.
...