Au Danemark, on prend cette menace au sérieux. Les architectes du bureau Tredje Natur se sont creusé la tête pour créer un système capable de capter l'eau frappant les trottoirs et de la diriger vers les zones de terre environnantes pour y être absorbée. C'est ce que parvient à faire leur invention Climate Tile. Il s'agit de grandes dalles grises percées de trous par lesquels l'eau de pluie percole. Collecté par un système souterrain de tuyaux horizontaux et verticaux...

Au Danemark, on prend cette menace au sérieux. Les architectes du bureau Tredje Natur se sont creusé la tête pour créer un système capable de capter l'eau frappant les trottoirs et de la diriger vers les zones de terre environnantes pour y être absorbée. C'est ce que parvient à faire leur invention Climate Tile. Il s'agit de grandes dalles grises percées de trous par lesquels l'eau de pluie percole. Collecté par un système souterrain de tuyaux horizontaux et verticaux, le liquide céleste est acheminé vers des zones vertes pour y abreuver des végétaux. Car le concept des Climate Tiles implique également la création de parterres en bordure de trottoir. Ces îlots apportent une agréable touche de vert au gris urbain et jouent un rôle de tampon climatique et d'assainissement de l'air. Il est en effet connu que la végétalisation des villes rafraîchit les rues en été en même temps que les feuilles filtrent l'air, le débarrassant d'une partie de sa pollution. A noter que les Climate Tiles peuvent également être utilisées sur les toits, transférant l'eau collectée dans des réservoirs. Une expérience pilote a cours actuellement à Copenhague. Dans une rue du quartier de Nørrebro, un tronçon de trottoir long de 50 mètres a été pavé par ces dalles d'un genre nouveau. Les architectes vont pouvoir évaluer au cours des saisons si leur technique d'adaptation au climat diminue bel et bien la quantité d'eau qui sature les avaloirs. Ils estiment qu'elle pourra capter et rediriger 30 % des excès de pluviosité future et ainsi éviter les surcharges des réseaux d'égouttage. Et, partant, réduire le risque d'inondation urbaine. Grâce à cette invention, les architectes danois espèrent réduire le temps et l'argent public dévolus à la réparation et à l'agrandissement des installations de traitement des eaux usées en prévision de l'augmentation de la pluviosité dans le futur. L'enjeu est d'importance. Si à Copenhague, les trottoirs s'étendent sur plus de 700 kilomètres, on en compte plus de 20 000 à New York. Et à Bruxelles ? Rien que la commune d'Ixelles en dénombre pas moins de 180 kilomètres ! Autant dire que les trottoirs présentent un grand potentiel d'adaptation au climat dans le monde. Les premiers marchés à s'ouvrir à Climate Tile seront le Canada et l'Allemagne, selon leurs concepteurs. Le reste du monde suivra vite. Par Laetitia Theunis.