Mgr Brian Dunn, évêque canadien, a fait un plaidoyer vendredi pour que "les femmes soient engagées dans des positions de leadership à tous les niveaux de l'Eglise", dans un exposé au ton direct consacré à la pédophilie, qui a provoqué une "profonde perte de confiance" dans l'Eglise canadienne. "Comment évangéliser ceux qui ont été blessés," s'est-il demandé, mettant l'accent sur la formation des prêtres et le partage des responsabilités avec les femmes. Mgr André Léonard avait regretté plus tôt que de nombreuses femmes "se sentent" victimes de discriminations. "Dans l'Eglise, les 2/3 des effectifs sont des femmes. Beaucoup, cependant, se sentent discriminées", avait dit le prélat, sans pour autant préconiser que les femmes soient ordonnées. "Sans femmes heureuses, a-t-il ajouté, reconnues dans leur être propre et fières d'appartenir à l'Eglise, il n'y aura pas de nouvelle évangélisation". A propos de la pénurie de prêtres, le président du Conseil de l'Eglise slovaque a fait remarquer que l'Eglise gréco-catholique slovaque avait une "abondance" de prêtres et de séminaristes à "ne plus avoir de lieux où les envoyer". Mais, a-t-il regretté, "nous ne pouvons pas aider d'autres Eglises car la majeure partie d'entre eux unit une vie sacerdotale à une vie matrimoniale, et les terres d'Occident leur sont donc interdites". (FMA)

Mgr Brian Dunn, évêque canadien, a fait un plaidoyer vendredi pour que "les femmes soient engagées dans des positions de leadership à tous les niveaux de l'Eglise", dans un exposé au ton direct consacré à la pédophilie, qui a provoqué une "profonde perte de confiance" dans l'Eglise canadienne. "Comment évangéliser ceux qui ont été blessés," s'est-il demandé, mettant l'accent sur la formation des prêtres et le partage des responsabilités avec les femmes. Mgr André Léonard avait regretté plus tôt que de nombreuses femmes "se sentent" victimes de discriminations. "Dans l'Eglise, les 2/3 des effectifs sont des femmes. Beaucoup, cependant, se sentent discriminées", avait dit le prélat, sans pour autant préconiser que les femmes soient ordonnées. "Sans femmes heureuses, a-t-il ajouté, reconnues dans leur être propre et fières d'appartenir à l'Eglise, il n'y aura pas de nouvelle évangélisation". A propos de la pénurie de prêtres, le président du Conseil de l'Eglise slovaque a fait remarquer que l'Eglise gréco-catholique slovaque avait une "abondance" de prêtres et de séminaristes à "ne plus avoir de lieux où les envoyer". Mais, a-t-il regretté, "nous ne pouvons pas aider d'autres Eglises car la majeure partie d'entre eux unit une vie sacerdotale à une vie matrimoniale, et les terres d'Occident leur sont donc interdites". (FMA)