Il ressort de ce rapport d'activités que les navetteurs n'entreprennent plus seulement des démarches pour obtenir une compensation lorsqu'ils doivent faire face à d'importants retards de plus de 60 minutes (compensés à 100%). La SNCB a en effet constaté une hausse de 26% du nombre de leurs clients se manifestant en cas de retard dits "fréquents" -soit 10 retards de 30 minutes (compensés à 50%), soit 20 retards de 15 minutes (compensés à 25%)-. Les retards fréquents ont augmenté dans une proportion plus grande, tant au niveau des demandes (+26,7%) qu'au niveau des montants (+34,8%), avec une moyenne de 62,1 euros. "La ponctualité étant restée stable de 2011 à 2012, cette hausse de demandes de compensation s'explique par une connaissance croissante du système", explique la SNCB. (VEK)

Il ressort de ce rapport d'activités que les navetteurs n'entreprennent plus seulement des démarches pour obtenir une compensation lorsqu'ils doivent faire face à d'importants retards de plus de 60 minutes (compensés à 100%). La SNCB a en effet constaté une hausse de 26% du nombre de leurs clients se manifestant en cas de retard dits "fréquents" -soit 10 retards de 30 minutes (compensés à 50%), soit 20 retards de 15 minutes (compensés à 25%)-. Les retards fréquents ont augmenté dans une proportion plus grande, tant au niveau des demandes (+26,7%) qu'au niveau des montants (+34,8%), avec une moyenne de 62,1 euros. "La ponctualité étant restée stable de 2011 à 2012, cette hausse de demandes de compensation s'explique par une connaissance croissante du système", explique la SNCB. (VEK)