La semaine dernière, l'Organisation de Coopération et de Développement économiques (OCDE) a fait valoir ses recommandations pour relancer la croissance et améliorer la compétitivité de l'économie belge. Elle a plaidé, entre autres, pour l'instauration de péages au niveau des principaux goulets d'étranglement de villes comme Bruxelles et Anvers. L'idée a suscité des réactions contrastées dans la capitale, entre un cdH qui y est opposé et Ecolo ou le FDF qui y sont favorables. "Aujourd'hui, ce qui importe, c'est que l'on prenne des décisions à l'échelon des Régions et en plus, à Bruxelles, au niveau de cette Communauté métropolitaine, que l'on décide d'un commun accord", a expliqué M. Vervoort au cours de l'émission "L'Invité" sur RTL-TVi. Selon le ministre-président, la Région ne peut faire cavalier seul dans ce dossier, au risque de subir des répercussions économiques. "Décider seul d'un péage à Bruxelles, ça veut dire un risque de délocalisation des entreprises. Ça, je ne le veux pas". (Belga)

La semaine dernière, l'Organisation de Coopération et de Développement économiques (OCDE) a fait valoir ses recommandations pour relancer la croissance et améliorer la compétitivité de l'économie belge. Elle a plaidé, entre autres, pour l'instauration de péages au niveau des principaux goulets d'étranglement de villes comme Bruxelles et Anvers. L'idée a suscité des réactions contrastées dans la capitale, entre un cdH qui y est opposé et Ecolo ou le FDF qui y sont favorables. "Aujourd'hui, ce qui importe, c'est que l'on prenne des décisions à l'échelon des Régions et en plus, à Bruxelles, au niveau de cette Communauté métropolitaine, que l'on décide d'un commun accord", a expliqué M. Vervoort au cours de l'émission "L'Invité" sur RTL-TVi. Selon le ministre-président, la Région ne peut faire cavalier seul dans ce dossier, au risque de subir des répercussions économiques. "Décider seul d'un péage à Bruxelles, ça veut dire un risque de délocalisation des entreprises. Ça, je ne le veux pas". (Belga)