"Cette interview me fait sortir de mes gonds", a réagi jeudi la ministre écologiste auprès de l'agence Belga. "Il convient d'agir véritablement, mais faire de la communication comme cela ne va pas faire avancer les choses...". "Après avoir mis la pagaille dans le ciel bruxellois, Mme Milquet avance des solutions dont elle sait pertinemment qu'elles seront refusées par les partenaires flamands. Elle aura alors beau jeu de dire que ce sont les Flamands qui n'en veulent pas. Si ça ce n'est pas de l'électoralisme..." Selon la ministre bruxelloise, les propositions avancées par Joëlle Milquet jeudi dans la presse n'ont en outre rien de neuf. "Je les ai pour la plupart moi-même proposées au secrétaire d'Etat (à la Mobilité) Melchior Wathelet. Depuis fin 2011, je lui ai envoyé six lettres à ce sujet! Mais je n'ai reçu qu'un seul accusé de réception...". Pour Evelyne Huytebroeck, "avant de balancer des avions dans tous les quartiers de Bruxelles", il aurait d'abord fallu négocier un accord de coopération entre les Régions pour trouver une solution pour tous les habitants. Dans l'immédiat, il conviendrait d'en revenir, selon elle, à la situation antérieure au "plan Wathelet" en application depuis février 2014, "qui n'est pas bonne", reconnaît-elle. "Mais ce qu'il faut, c'est préparer des mesures structurelles". Quant à l'installation de sonomètres à Bruxelles, que Joëlle Milquet disait dans son interview attendre depuis deux législatures, la ministre Huytebroeck répond que Bruxelles comptait neuf sonomètres depuis "plusieurs années déjà", et que quatre appareils supplémentaires ont par ailleurs été installés en février dernier sur le territoire de la Région. (Belga)

"Cette interview me fait sortir de mes gonds", a réagi jeudi la ministre écologiste auprès de l'agence Belga. "Il convient d'agir véritablement, mais faire de la communication comme cela ne va pas faire avancer les choses...". "Après avoir mis la pagaille dans le ciel bruxellois, Mme Milquet avance des solutions dont elle sait pertinemment qu'elles seront refusées par les partenaires flamands. Elle aura alors beau jeu de dire que ce sont les Flamands qui n'en veulent pas. Si ça ce n'est pas de l'électoralisme..." Selon la ministre bruxelloise, les propositions avancées par Joëlle Milquet jeudi dans la presse n'ont en outre rien de neuf. "Je les ai pour la plupart moi-même proposées au secrétaire d'Etat (à la Mobilité) Melchior Wathelet. Depuis fin 2011, je lui ai envoyé six lettres à ce sujet! Mais je n'ai reçu qu'un seul accusé de réception...". Pour Evelyne Huytebroeck, "avant de balancer des avions dans tous les quartiers de Bruxelles", il aurait d'abord fallu négocier un accord de coopération entre les Régions pour trouver une solution pour tous les habitants. Dans l'immédiat, il conviendrait d'en revenir, selon elle, à la situation antérieure au "plan Wathelet" en application depuis février 2014, "qui n'est pas bonne", reconnaît-elle. "Mais ce qu'il faut, c'est préparer des mesures structurelles". Quant à l'installation de sonomètres à Bruxelles, que Joëlle Milquet disait dans son interview attendre depuis deux législatures, la ministre Huytebroeck répond que Bruxelles comptait neuf sonomètres depuis "plusieurs années déjà", et que quatre appareils supplémentaires ont par ailleurs été installés en février dernier sur le territoire de la Région. (Belga)