Ben Ali, qui s'était enfui en Arabie saoudite avec son épouse en janvier 2011, au plus fort de la révolution contre son régime, a déjà été condamné à plusieurs reprises à des peines de prison. Le président déchu a été condamné pour avoir profité de ses fonctions "pour procurer à lui-même ou à un tiers un avantage injustifié, causant un préjudice à l'administration", a indiqué mardi le tribunal de Tunis qui a jugé l'affaire. Dans ce même dossier, l'homme d'affaire Khaled Kobbi, détenu depuis juillet 2011, a été condamné pour sa part à deux ans de prison et une amende de sept millions de dinars. L'affaire concerne l'acquisition d'un terrain d'une superficie dépassant 20 hectares pour y bâtir une zone industrielle aux frais de l'État avant d'être revendu dans des conditions controversées. Ben Ali a été condamné à deux reprises à la prison à perpétuité pour son rôle dans la répression des manifestations qui ont abouti à sa chute en janvier 2011 à l'issue d'une révolution. Il a aussi été condamné avec son épouse Leïla Trabelsi à 35 ans de prison pour des malversations. Les proches du couple, en particulier la famille Trabelsi, sont accusés d'avoir placé l'économie tunisienne sous coupe réglée selon un modèle quasi-mafieux. Ben Ali et sa femme vivent en exil en Arabie saoudite et se disent victimes de règlements de compte post-révolutionnaires. (Belga)

Ben Ali, qui s'était enfui en Arabie saoudite avec son épouse en janvier 2011, au plus fort de la révolution contre son régime, a déjà été condamné à plusieurs reprises à des peines de prison. Le président déchu a été condamné pour avoir profité de ses fonctions "pour procurer à lui-même ou à un tiers un avantage injustifié, causant un préjudice à l'administration", a indiqué mardi le tribunal de Tunis qui a jugé l'affaire. Dans ce même dossier, l'homme d'affaire Khaled Kobbi, détenu depuis juillet 2011, a été condamné pour sa part à deux ans de prison et une amende de sept millions de dinars. L'affaire concerne l'acquisition d'un terrain d'une superficie dépassant 20 hectares pour y bâtir une zone industrielle aux frais de l'État avant d'être revendu dans des conditions controversées. Ben Ali a été condamné à deux reprises à la prison à perpétuité pour son rôle dans la répression des manifestations qui ont abouti à sa chute en janvier 2011 à l'issue d'une révolution. Il a aussi été condamné avec son épouse Leïla Trabelsi à 35 ans de prison pour des malversations. Les proches du couple, en particulier la famille Trabelsi, sont accusés d'avoir placé l'économie tunisienne sous coupe réglée selon un modèle quasi-mafieux. Ben Ali et sa femme vivent en exil en Arabie saoudite et se disent victimes de règlements de compte post-révolutionnaires. (Belga)