Alain Garbar est décédé de ses graves brûlures, mercredi matin, à l'IMTR de Loverval. Le facteur, âgé de 54 ans, avait fait sauter sa maison de la rue de Bomerée à Montigny-le-Tilleul, samedi dernier, en s'aidant d'une bonbonne de gaz. Les deux habitations voisines devront être détruites. L'homme aurait agi à la suite de problèmes conjugaux. Découvert sous les gravats, Alain Garbar avait été emmené dans un état grave à l'IMTR. Son corps était brûlé à 80%, ce qui lui laissait peu de chance de survivre. Dépourvu de proches, le défunt a été placé à la morgue et devrait être enterré lundi à la fosse commune du cimetière de Gerpinnes. Choqués par cette procédure, ses collègues de la Poste se mobilisent afin d'éviter cette situation. (COR 825)

Alain Garbar est décédé de ses graves brûlures, mercredi matin, à l'IMTR de Loverval. Le facteur, âgé de 54 ans, avait fait sauter sa maison de la rue de Bomerée à Montigny-le-Tilleul, samedi dernier, en s'aidant d'une bonbonne de gaz. Les deux habitations voisines devront être détruites. L'homme aurait agi à la suite de problèmes conjugaux. Découvert sous les gravats, Alain Garbar avait été emmené dans un état grave à l'IMTR. Son corps était brûlé à 80%, ce qui lui laissait peu de chance de survivre. Dépourvu de proches, le défunt a été placé à la morgue et devrait être enterré lundi à la fosse commune du cimetière de Gerpinnes. Choqués par cette procédure, ses collègues de la Poste se mobilisent afin d'éviter cette situation. (COR 825)