Le prince Philippe s'est entretenu jeudi avec le président turc Abdullah Gül. Ils ont notamment évoqué le succès anatolien qui doit surtout sa réussite au "tissu économique solide" qui le caractérise, "comme nous", a dit le prince évoquant le contexte économique belge. "Il y a beaucoup d'intérêt, au plus haut niveau", a-t-il souligné. La Turquie est un pays qui se développe très fort, a confirmé le fils aîné du roi. "Le PIB par habitant y a doublé depuis la dernière fois que je m'y suis rendu" (en 2004). "On voit la différence, il y a un grand dynamisme", a-t-il souligné. Peu d'engagements ont été annoncés durant cette mission mais pour le prince, ce ne sont "pas toujours les contrats" qui font la réussite d'une mission. Il s'agit d'un "travail de longue haleine", a-t-il précisé. (ADEM ALTAN)

Le prince Philippe s'est entretenu jeudi avec le président turc Abdullah Gül. Ils ont notamment évoqué le succès anatolien qui doit surtout sa réussite au "tissu économique solide" qui le caractérise, "comme nous", a dit le prince évoquant le contexte économique belge. "Il y a beaucoup d'intérêt, au plus haut niveau", a-t-il souligné. La Turquie est un pays qui se développe très fort, a confirmé le fils aîné du roi. "Le PIB par habitant y a doublé depuis la dernière fois que je m'y suis rendu" (en 2004). "On voit la différence, il y a un grand dynamisme", a-t-il souligné. Peu d'engagements ont été annoncés durant cette mission mais pour le prince, ce ne sont "pas toujours les contrats" qui font la réussite d'une mission. Il s'agit d'un "travail de longue haleine", a-t-il précisé. (ADEM ALTAN)