Michel Nihoul estimait que certains passages du livre lui causaient un préjudice moral car il s'agissait selon lui de calomnie et de diffamation. Il réclamait 20.000 euros aux auteurs. Les juges ont souligné qu'elles ne pouvaient pas "connaître avec précision le contenu des passages incriminés", M. Nihoul n'ayant pas joint le livre, mais uniquement les passages qu'il contestait. Le tribunal a estimé ne pas être en mesure de faire la balance entre les intérêts en présence et a donc débouté Michel Nihoul de sa demande. Il a aussi débouté Xavier Rossey de sa demande de dommages et intérêts pour procédure téméraire et vexatoire. (VIRGINIE LEFOUR)

Michel Nihoul estimait que certains passages du livre lui causaient un préjudice moral car il s'agissait selon lui de calomnie et de diffamation. Il réclamait 20.000 euros aux auteurs. Les juges ont souligné qu'elles ne pouvaient pas "connaître avec précision le contenu des passages incriminés", M. Nihoul n'ayant pas joint le livre, mais uniquement les passages qu'il contestait. Le tribunal a estimé ne pas être en mesure de faire la balance entre les intérêts en présence et a donc débouté Michel Nihoul de sa demande. Il a aussi débouté Xavier Rossey de sa demande de dommages et intérêts pour procédure téméraire et vexatoire. (VIRGINIE LEFOUR)