"La disparition de 11 personnes est confirmée mais d'autres personnes sont en train d'être ajoutées" à la plainte et au total, "ce sont approximativement 17 personnes" dont le sort demeure inconnu, a indiqué à l'AFP Eugenia Ponce, tante de l'un des jeunes dont l'enlèvement est soupçonné. Tous les disparus se seraient trouvés dimanche matin dans le bar Heaven After, dans le centre de Mexico, d'après des textos reçus par des proches et des amis figurant dans leur plainte, selon des récits de la presse locale. Et au moins deux ont un père en prison pour trafic de drogue. Le parquet de la capitale qualifie lui les jeunes gens de "disparus". Le procureur Rodolfo Rios a déclaré sur une radio locale que la police analysait les bandes vidéos de caméras installées dans la rue où se trouve le bar, à proximité du siège de la Police fédérale. "Nous n'avons pas la preuve formelle et précise qu'ils se trouvaient là", a ajouté M. Rios, qui a ajouté que les familles n'avaient pas reçu de demandes de rançons. Une première version livrée par les familles faisait état d'un enlèvement commis un commando armé. Mais selon le procureur Rios, "on n'a pas signalé l'arrivée d'un convoi (devant le bar), mais nous continuons d'analyser les caméras des environs". Autre élément trouble, les employés de l'établissement ont également disparu, mais leurs proches n'ont pas déposé de plainte pour tenter de les retrouver. "Aucun employé ne s'est présenté, nous les cherchons", a indiqué le procureur. (Belga)

"La disparition de 11 personnes est confirmée mais d'autres personnes sont en train d'être ajoutées" à la plainte et au total, "ce sont approximativement 17 personnes" dont le sort demeure inconnu, a indiqué à l'AFP Eugenia Ponce, tante de l'un des jeunes dont l'enlèvement est soupçonné. Tous les disparus se seraient trouvés dimanche matin dans le bar Heaven After, dans le centre de Mexico, d'après des textos reçus par des proches et des amis figurant dans leur plainte, selon des récits de la presse locale. Et au moins deux ont un père en prison pour trafic de drogue. Le parquet de la capitale qualifie lui les jeunes gens de "disparus". Le procureur Rodolfo Rios a déclaré sur une radio locale que la police analysait les bandes vidéos de caméras installées dans la rue où se trouve le bar, à proximité du siège de la Police fédérale. "Nous n'avons pas la preuve formelle et précise qu'ils se trouvaient là", a ajouté M. Rios, qui a ajouté que les familles n'avaient pas reçu de demandes de rançons. Une première version livrée par les familles faisait état d'un enlèvement commis un commando armé. Mais selon le procureur Rios, "on n'a pas signalé l'arrivée d'un convoi (devant le bar), mais nous continuons d'analyser les caméras des environs". Autre élément trouble, les employés de l'établissement ont également disparu, mais leurs proches n'ont pas déposé de plainte pour tenter de les retrouver. "Aucun employé ne s'est présenté, nous les cherchons", a indiqué le procureur. (Belga)