Tête de liste devant la bourgmestre "désignée" de Crainhem Véronique Caprasse et "le candidat libéral indépendant" François van Hoobrouck d'Aspre, ex-bourgmestre MR de Wezembeek-Oppem, Olivier Maingain a particulièrement dénoncé la situation qui prévaut à Bruxelles. Il a qualifié de "supercherie" l'annonce faite par les partis francophones qui ont voté la scission de BHV judiciaire (PS-MR-cdH-Ecolo) d'une résorption de l'arriéré dans la capitale grâce à une clé "80-20" pour la désignation des magistrats francophones et néerlandophones. Après une évaluation "orientée" de la société d'audit KPMG confirmée par un comité d'accompagnement "flamandisé", la clé est retombée à "71-29", a pesté M. Maingain, selon qui il en coûtera "une centaine d'emplois" au Parquet, à la magistrature du siège et au greffe. Or, à Bruxelles, entre 85 et 95% des affaires, hors tribunal du commerce, sont francophones, a-t-il précisé. Avec ses colistiers de la périphérie, dont il assure qu'un voire deux peuvent être élus, il appelle les électeurs des six communes à facilités à voter "avec Bruxelles" afin de montrer qu'ils "ne veulent pas la séparation". (Belga)

Tête de liste devant la bourgmestre "désignée" de Crainhem Véronique Caprasse et "le candidat libéral indépendant" François van Hoobrouck d'Aspre, ex-bourgmestre MR de Wezembeek-Oppem, Olivier Maingain a particulièrement dénoncé la situation qui prévaut à Bruxelles. Il a qualifié de "supercherie" l'annonce faite par les partis francophones qui ont voté la scission de BHV judiciaire (PS-MR-cdH-Ecolo) d'une résorption de l'arriéré dans la capitale grâce à une clé "80-20" pour la désignation des magistrats francophones et néerlandophones. Après une évaluation "orientée" de la société d'audit KPMG confirmée par un comité d'accompagnement "flamandisé", la clé est retombée à "71-29", a pesté M. Maingain, selon qui il en coûtera "une centaine d'emplois" au Parquet, à la magistrature du siège et au greffe. Or, à Bruxelles, entre 85 et 95% des affaires, hors tribunal du commerce, sont francophones, a-t-il précisé. Avec ses colistiers de la périphérie, dont il assure qu'un voire deux peuvent être élus, il appelle les électeurs des six communes à facilités à voter "avec Bruxelles" afin de montrer qu'ils "ne veulent pas la séparation". (Belga)