Soyons clair : les autorités vont tout mettre en £uvre pour assurer la sauvegarde de nos banques. C'est une question de survie économique, car la faillite d'une des trois banques belges les plus importantes du pays (Fortis, Dexia et KBC) signifierait aussi celle du pays. Le risque que l'une de ces trois institutions disparaisse définitivement de notre paysage est donc extrêmement limité. Il est inutile de paniquer, car un mouvement massif de capitaux ne ferait qu'aggraver la crise. Ce qui n'empêche pas de nombreux épargnants d'envisager d'ouvrir un autre compte dans une deuxième banque, peut-être plus petite. Car, outre Kaupthing dont la situation était particulière, les Keytrade Bank, Deutsche Bank et autres Rabobank.be, pour ne citer qu'elles, connaissent un engouement certain. Les structures plus petites sont moins exposées aux problèmes sur les marchés internationaux et, de plus, elles proposent souvent des conditions intéressantes, notamment sur leur carnet d'épargne. Mais quels sont les avantages et inconvénients d'une deuxième banque ?
...

Soyons clair : les autorités vont tout mettre en £uvre pour assurer la sauvegarde de nos banques. C'est une question de survie économique, car la faillite d'une des trois banques belges les plus importantes du pays (Fortis, Dexia et KBC) signifierait aussi celle du pays. Le risque que l'une de ces trois institutions disparaisse définitivement de notre paysage est donc extrêmement limité. Il est inutile de paniquer, car un mouvement massif de capitaux ne ferait qu'aggraver la crise. Ce qui n'empêche pas de nombreux épargnants d'envisager d'ouvrir un autre compte dans une deuxième banque, peut-être plus petite. Car, outre Kaupthing dont la situation était particulière, les Keytrade Bank, Deutsche Bank et autres Rabobank.be, pour ne citer qu'elles, connaissent un engouement certain. Les structures plus petites sont moins exposées aux problèmes sur les marchés internationaux et, de plus, elles proposent souvent des conditions intéressantes, notamment sur leur carnet d'épargne. Mais quels sont les avantages et inconvénients d'une deuxième banque ? Le risque est diversifié. La garantie du fonds de protection de 100 000 euros vaut par personne et par banque. Etre client dans deux banques double donc votre protection. Il est ainsi possible de transférer dans une deuxième banque ce qui excède 100 000 euros ou de diviser votre épargne en deux. Outre une augmentation de la garantie, l'avantage d'avoir deux banques est de diversifier les risques : si l'une de vos deux banques venait à faire faillite, tout votre argent ne serait pas bloqué du jour au lendemain. Imaginez les problèmes que peut rencontrer aujourd'hui une personne qui est uniquement cliente chez Kauphting Bank ! L'ensemble de son épargne est bloquée depuis près de quatre mois alors que l'espoir d'un déblocage des comptes à très court terme demeure assez limité. La concurrence peut jouer en votre faveur. Etre client dans deux banques vous permet de faire jouer à fond la concurrence, pour autant que ces deux institutions proposent des services similaires. Vous pouvez mettre la pression plus facilement sur vos banquiers en leur faisant miroiter un rapatriement de la majeure partie de vos capitaux. C'est vrai que vous pouvez aussi faire jouer la concurrence avec une banque chez qui vous n'êtes pas client, mais celle-ci ne vous connaît pas. Elle aura toujours des doutes à votre sujet. Et votre banquier sait que si vous n'êtes client que chez lui depuis des années, il vous sera plus difficile de le quitter. Vous pouvez faire du shopping financier. Une seule banque n'offre pas les meilleurs produits dans toutes les catégories. Certaines d'entre elles peuvent par exemple être très compétitives en crédits hypothécaires mais pas en épargne. D'autres peuvent proposer des assurances intéressantes alors que certaines seront bonnes conseillères pour vos placements. En étant client dans plusieurs banques, vous pouvez faire du shopping financier et aller chercher le meilleur dans chacune d'entre elles. Les petites banques sont moins exposées. Elles se limitent aux activités traditionnelles, à savoir accorder des crédits avec l'épargne reçue. Certaines institutions ne proposent même pas de crédits et ne sont actives que dans l'épargne. Elles sont donc clairement à l'abri des aléas des marchés financiers et ne risquent pas d'être touchées par des produits toxiques américains. Les grandes banques ont des activités plus diversifiées et sont actives aussi dans la gestion de fonds de placement ainsi que dans le négoce de titres pour compte propre. Or ce sont justement ces activités qui ont été les plus touchées par la crise actuelle. Les interlocuteurs sont plus nombreux. En étant client dans deux banques, vous n'avez plus un seul conseiller mais deux, qui peuvent parfois avoir des avis différents. Ce qui risque de vous compliquer la tâche lorsque vous devez prendre des décisions. Vous êtes un client plus petit. Les banques préfèrent évidemment avoir un client qui place 200 000 euros qu'un autre qui se limite à 100 000 euros. Elles seront donc tentées d'offrir à ces plus gros clients des services plus étoffés. Par exemple, un client d'une valeur de 200 000 euros pourrait se voir proposer gratuitement des services de personal banking, ce qui ne sera pas le cas d'un autre client qui " vaut " 100 000 euros. Et puis, avoir tous ses produits au sein d'une même structure permettra de mieux négocier des réductions. Le banquier n'a pas une vision globale du patrimoine. Si vos avoirs sont dispersés, votre banquier, qui est aussi souvent votre conseiller en matière de placement, n'aura pas une vision globale de votre patrimoine. Il sera donc tenté de vous recommander une certaine stratégie alors qu'elle n'est pas forcément adaptée à votre situation globale. Il vous faudra donc jouer la carte de la transparence pour éviter pareille situation. Tout ne peut pas être transféré. Si on peut facilement transférer de l'épargne d'une banque à l'autre, c'est beaucoup moins évident lorsqu'il s'agit de produits financiers, comme des actions, obligations ou sicav. Et de tels transferts peuvent coûter très cher puisqu'ils sont facturés par la banque de départ, qui ne voit certainement pas cette opération d'un très bon £il. Par ailleurs, lorsque vous avez des crédits en cours au sein d'une banque, il est impossible de les transférer à moins de les solder et d'en souscrire d'autres au sein de la nouvelle enseigne. Une opération qui risque de coûter plus cher que l'avantage qu'elle procure. Les frais peuvent être plus élevés. Avoir deux comptes à vue et deux comptes d'épargne peut engendrer une hausse des coûts. Même chose si vous désirez une carte bancaire de chaque banque. Cela étant, une petite banque facturera des frais moins élevés (voire pas de frais du tout), de sorte qu'au final la note ne sera pas doublée parce que vous passez d'une banque à deux. Vincent Joye